BFM Business

Commerce en ligne : 25 milliards dépensés au premier trimestre

-

- - Illustration

Les ventes sur internet connaissent toujours une croissance à deux chiffres en France, portées notamment par le bond des achats effectués depuis un smartphone.

Le e-commerce français se porte toujours aussi bien. Lors des trois premiers mois de l’année, les ventes en ligne ont totalisé pas moins de 25 milliards d’euros, soit une progression annuelle de 11,9%, selon les chiffres de la Fevad, la fédération de l’e-commerce et de la vente à distance. On a compté 407 millions de transactions, soit 180.000 par heure.

Les moteurs de cette croissance sont sensiblement les mêmes. On observe plus d’acheteurs en ligne (+4% à 38,8 millions), des consommateurs qui achètent plus souvent : 12,7 achats en moyenne contre 10,7 un an plus tôt (+19%), sur des sites marchands toujours plus nombreux (+15,6%).

Pour Jamila Yahia-Messaoud, Directrice du Département Consumer Insights de Médiamétrie : « Après une petite stagnation en 2018, on assiste à une nouvelle augmentation du nombre de cyberacheteurs, de l’ordre de 4% en 1 an. Si les moins de 35 ans tirent cette progression avec notamment un rôle croissant du smartphone, les générations plus âgées ne sont pas en reste : plus de 8 seniors (65 ans et plus) sur 10 ont par exemple déjà acheté sur internet ».

100 milliards attendus cette année

De quoi compenser la baisse continue du panier moyen qui recule encore de 6% à 61 euros en moyenne. « Cela traduit une banalisation du e-commerce qui entre désormais de plus en plus dans notre quotidien alors qu’auparavant ces achats étaient effectués en majorité pour de gros investissements comme les voyages », commente Marc Lolivier, délégué général de la Fevad.

Le trio des sites marchands les plus visités en France reste formé par Amazon, CDiscount (groupe Casino) et Fnac Darty.

La nouveauté vient du bond des achats alimentaires en ligne porté par le succès du ‘drive’ (commande en ligne et livraison dans des points retraits). Au point que la France soit désormais le champion européen en la matière.

Sur l’année 2018, les achats alimentaires en ligne représentaient déjà 7,1% du marché français, et le ‘drive’ pesait pour 5,7% des ventes de produits de grande consommation, pour un chiffre d'affaires en progression de 6,6%. Bien plus que la progression atone des magasins physiques.

« La clientèle du Drive est familiale et procède à des achats importants, aujourd'hui 26,7% des ménages y achètent des produits de tous les jours », explique Nielsen qui a réalisé une étude sur la question.

Enfin, le e-commerce profite de l’engouement pour les achats réalisés depuis un smartphone ou une tablette. Ils ont grimpé de 22% sur la période pour atteindre plus de 35% des ventes en ligne. « D'ici deux ans, la moitié du e-commerce passera par un mobile », prévoit la Fevad.

Le marché des ventes en ligne devrait dépasser les 100 milliards d’euros en 2019. Encore un record.

Olivier CHICHEPORTICHE