BFM Business

Avec le Black Friday, "on fait tous une très mauvaise affaire" juge le patron du Slip français

Invité sur BFM Business, Guillaume Gibault refuse d'entrer dans la mécanique de cette journée de promotions et fustige les marques qui y participent. "Si on est capable d'assumer un gros chiffre d'affaires, fait avec une promotion, c'est qu'en fait le prix n'est pas juste" explique-t-il.

A la veille du Black Friday, les opposants s'organisent. Si la ministre de la Transition écologique Elisabeth Borne a lancé la polémique lundi sur BFM Business, en critiquant cette journée de promotions réputée anti-écolo, de nombreuses marques ont déjà choisi de la boycotter. C'est notamment le cas de la marque Le Slip français, qui refuse d'y participer.

"Le Black Friday, ce n'est pas une bonne idée" estime son patron, Guillaume Gibault, dans l'émission "12H, l'Heure H" ce jeudi sur BFM Business. "On a tous l'impression de faire une bonne affaire financière à court terme, avec des promos à tout va. Mais en fait, on fait tous une très mauvaise affaire environnementale et sociétale". Avant d'ajouter : "On met le doigt dans un système qui est mauvais".

Une "vraie vision à long terme"

Il prend notamment l'exemple de son secteur, qui doit faire preuve de modération et non de surenchère. "On fabrique 100 milliards de pièces de textiles par an, c'est une des industries les plus polluantes au monde" explique-t-il. "Il faut tous qu'on arrive à se dire : comment on fait une mode plus locale, plus durable, qui a une vraie vision à long terme qui prend en compte l'aspect financier et la création de valeur, évidement, mais aussi l'aspect sociétal et environnemental? "

Pour lui, le Black Friday dénature complètement ce commerce. "Quel est le juste prix ? on a complètement perdu la valeur des choses" souligne l'entrepreneur, qui en profite pour critiquer les entreprises qui y participent. "Si on est capable d'assumer un gros chiffre d'affaires, fait avec une promotion, c'est qu'en fait le prix n'est pas juste, le prix n'est pas bien fixé" juge-t-il.

Thomas Leroy