BFM Business

Quand des trolls polluent le référendum en ligne du PS

-

- - -

Le formulaire utilisé pour recueillir le vote des sympathisants de gauche peut être utilisé autant de fois qu'on le désire. Ce qui n'a pas échappé à certains farceurs... Explications.

Ouvert depuis ce matin, 16 octobre, le référendum du PS sur l'unité de la gauche fait rigoler la twittosphère. En cause: le manque de sécurité du formulaire en ligne. Rien n'empêche, en effet, de voter plusieurs fois à condition de disposer de plusieurs comptes de messagerie. Le seul élément que vérifie le site est la validité de l'adresse email, par le biais d'un message.

-
- © -

Cette faille, grosse comme une maison, semble être prise d'assaut par des trolls qui bourrent les urnes virtuelles de ce référendum avec des faux votes. Beaucoup de journalistes se sont prêtés à l'exercice: Rue89 a fait voter Nicolas Sarkozy, Metronews a utilisé le patronyme de son ami Paul Bismuth, etc. D'autres les imitent, faisant fi de la "Charte d'engagement" qui interdit explicitement le vote multiple.

Le PS ne se montre pas alarmé pour autant. Interrogé par The Huffington Post, Corinne Narassiguin, porte-parole du parti explique: "Nous assumons le fait de ne pas avoir mis en place un système verrouillé comme nous l'aurions fait pour une primaire. L'enjeu n'est pas du tout le même et nous avons préféré opter pour la simplicité plutôt que la lutte à tout prix contre la fraude. Nous pensons cependant que ces cas resteront anecdotiques ou du moins qu'ils ne perturberont pas la sincérité du résultat, mais c'était pareil à la primaire si des électeurs de droite avaient voulu perturber le scrutin."

Le parti socialiste assure, par ailleurs, qu'il procédera à un nettoyage de la base et à la suppression des doublons. C'est en effet possible, dans la mesure où le site du référendum utilise des cookies de navigation. Il pourrait donc,en théorie, identifier les votes réalisés sur un même PC.

Gilbert Kallenborn