BFM Tech

Ford promet des voitures 100% autonomes dès 2021

La Fusion Hybride, voiture autonome de la marque

La Fusion Hybride, voiture autonome de la marque - Ford

Des voitures sans chauffeur produites en série d’ici cinq ans: le constructeur américain s’impose un sacré challenge à l’heure où ces voitures intelligentes sont encore loin de l'autonomie totale...

Produire des voitures 100% autonomes d’ici 2021, voilà l’annonce faite par Mark Fields, le directeur général de Ford, lors d’une conférence qui s’est déroulée avant-hier dans la Silicon Valley. Un pari très audacieux et difficile à croire et pourtant, d’ici 2021 sortiront des usines de Ford des voitures "qui n’auront pas de volant, de pédale d’accélérateur, ni de frein" promet Mark Fields. Mais Ford ne démarre pas d'une page blanche, bien au contraire, il détient une certaine expertise dans le domaine de la voiture autonome.

Une promesse réalisable ?

Pour rappel, Ford dispose déjà d’un parc d’environ 30 Fusion Hybrid autonomes (l’équivalent de la Mondeo Hybrid) et mène des recherches depuis plus de 10 ans sur le sujet en partenariat, notamment, avec l’Université Stanford (Californie), le MIT (Massachusetts Institue of Technology) ou encore M-City, cette ville artificielle dans laquelle les constructeurs automobiles peuvent tester leurs véhicules intelligents.

Pour tenir cette petite échéance de cinq années, Ford va renforcer ses rangs en doublant ses équipes dédiées, mais aussi le nombre de voitures autonomes de test (une centaine de véhicules d’ici l’année prochaine). Le constructeur va également investir dans des entreprises de premier ordre telles que Velodyne. Cette société est le leader dans la fabrication des LIDAR, ces dispositifs à balayage laser qui permettent à la voiture de se matérialiser un environnement 3D.

La cartographie des rues vues depuis un LIDAR
La cartographie des rues vues depuis un LIDAR © Civil Maps

Ford investit également dans des start-up telles que SAIPS ou Civil Maps. La première est une jeune société israélienne spécialisée dans le machine learning. La seconde dispose d'une technologie de cartographie 3D extrêmement précise. Des données très importantes pour une voiture autonome, qui doit en permanence mixer les données mesurées par ses capteurs aux données de la cartographie.

Plus original, le constructeur aura aussi pour partenaire Sheila Nirenberg, une neuroscientifique qui a notamment présenté une incroyable prothèse pour les personnes atteintes d’une forme précise de cécité visuelle, qui utilise une caméra et des capteurs directement reliés au nerf optique pour transmettre une image aux personnes aveugles. Sheila Nirenberg aurait justement pour rôle de faire en sorte que les voitures autonomes de Ford comprennent ce qui se présente devant elles.

Ces véhicules ne devraient être autoriser qu'à circuler qu'États-Unis et ne seraient pas des modèles accessibles au grand public : Ford les destine plutôt à des sociétés de transport, à l'image d'Uber ou Lyft. 

La métamorphose de la voiture

Il faut dire que la voiture autonome n’a pas vocation à être considérée comme un bien propre, plutôt comme un nouveau service. C'est en tout cas la vision de Mark Field, qui évoque une mutation de Ford, de simple constructeur de voitures en "société de mobilité". En clair, quand les voitures autonomes coloniseront les routes, vous n'aurez plus besoin d'acheter votre véhicule, vous pourrez simplement louer ses services quand vous en aurez besoin. 

"Si vous cherchez des voitures pour les sensations fortes, nous avons ce qu’il vous faut, avec la Focus RS ou encore notre Mustang. Si vous voulez des camions, nous en avons aussi. Bientôt, nous vous apporterons une voiture complètement autonome" a-t-il indiqué.

Si Ford semble se donner les moyens pour avancer à grands pas dans le déploiement de la voiture autonome, cette échéance à 5 ans s’annonce en tout cas comme un sacré challenge.

Retrouvez l'intégralité de la conférence ci-dessous :