BFM Tech

Aquila, le drone géant de Facebook, a réussi son premier vol

Mark Zuckerberg devant le drone Aquila.

Mark Zuckerberg devant le drone Aquila. - Facebook

Aussi large qu’un Boeing 737, cet aéronef solaire est destiné à fournir une connexion Internet haut débit mobile dans les régions qui en sont dépourvues. Il vient d’effectuer avec succès son premier essai.

Connecter toutes les populations exclues d’Internet grâce à des drones ou des satellites, c’est l’objectif affiché du Connectivity Lab de Facebook. En mars 2015, le géant du web avait dévoilé la maquette d’un premier drone solaire : Aquila. L'idée est de constituer plusieurs flottes de ce type d'engins pour apporter du haut débit mobile à au moins 400 millions de personnes sur terre. Mais depuis, ses performances s’étaient fait attendre. La société annonce enfin un premier vol réussi.

Le drone solaire Aquila lors de son premier vol.
Le drone solaire Aquila lors de son premier vol. © Facebook

Le vol a duré 96 minutes

“La mission initiale devait durer 30 minutes. Mais le vol s’est si bien déroulé que nous l’avons prolongé à 96 minutes, soit plus du triple de la longueur planifiée au départ”, souligne Facebook dans un post sur son blog officiel. Et le Connectivity Lab a de quoi se réjouir car sur le papier, le design si particulier d’Aquila pouvait laisser dubitatif.

Hyper léger avec son matériau en fibre de carbone (il ne pèse que 400 kilos), doté d’une aile démesurée d’une envergure de 30 mètres et d’un système de propulsion à faible puissance mais haut rendement, l’aéronef présente un type de structure qu’on n'avait encore jamais vu voler de façon autonome.

Mark Zuckerberg en admiration devant Aquila.
Mark Zuckerberg en admiration devant Aquila. © Facebook

Durant l’essai, Facebook a recueilli de nombreuses données sur le vol et l’atterrissage d’Aquila, en analysant le comportement du moteur, du pilote automatique, des batteries, du matériel radio, ou encore les liaisons avec les stations au sol. L’événement a également permis aux équipes mobilisées de se roder.

Contrairement à ce qui avait été annoncé au départ, cette expérimentation a bien eu lieu sans pilote à bord avec seulement le soutien d’opérateurs au sol, prêts à prendre la main sur les commandes à distance.

Des opérateurs au sol étaient prêts à prendre la main sur le drone en cas de problème.
Des opérateurs au sol étaient prêts à prendre la main sur le drone en cas de problème. © Facebook

Aquila évoluera à 18 000 mètres d'altitude

Facebook envisage maintenant de multiplier les expérimentations en augmentant progressivement l’altitude, la vitesse et la durée des vols. A terme, si tout se passe bien, Aquila devrait pouvoir évoluer à 18 000 mètres de hauteur avec une vitesse maximale de 128 km/h. 

Plusieurs drones devront voler en permanence dans le ciel pour couvrir les territoires visés.
Plusieurs drones devront voler en permanence dans le ciel pour couvrir les territoires visés. © Facebook

Une première aéronautique

Facebook vient donc de réussir une première aéronautique avec ce drone géant et solaire. Reste maintenant à prouver la capacité d’Aquila à rester trois mois de suite dans les airs en se rechargeant avec de gigantesques panneaux solaires. Ce qui ne sera pas une mince affaire quand on voit les difficultés rencontrées par l’avion Solar Impulse pour effectuer son tour du monde, par exemple, et quand on sait que le record du monde pour un vol solaire sans pilote n’est que de deux semaines.

Un autre enjeu attend Facebook : tester au sol la connectivité fournie par Aquila. La société entend ainsi assurer un débit de plusieurs dizaines de gigabits par seconde. Par ailleurs, l'appareil sera couplé avec des systèmes de communication laser de pointe, qui sont actuellement en cours de développement qui doivent encore être testés.

Mais Facebook ne souhaite pas mettre la charrue avant les bœufs et annonce déjà que ce projet prendra plusieurs années avant d’arriver à son terme. A condition uniquement qu'opérateurs télécoms et gouvernements locaux coopèrent.

Voir la vidéo du vol :