BFM Business

Pour Jeff Bezos, "Amazon fera faillite un jour"

"Si nous commençons à nous concentrer sur nous-mêmes, au lieu de nous concentrer sur nos clients, ce sera le début de la fin" a déclaré Jeff Bezos devant ses salariés américains.

"Si nous commençons à nous concentrer sur nous-mêmes, au lieu de nous concentrer sur nos clients, ce sera le début de la fin" a déclaré Jeff Bezos devant ses salariés américains. - Matt Winkelmeyer-GETTY IMAGES NORTH AMERICA-AFP

Évoquant en interne avec les salariés l'avenir de son entreprise, Jeff Bezos a prédit: "Amazon fera faillite, un jour". Pour lui, la seule façon de retarder cette échéance est d'avoir sans cesse "l'obsession des clients."

Alors qu'Amazon devrait réaliser en 2018 près de la moitié du chiffre d'affaires du commerce en ligne aux États-Unis (48%), selon une estimation publiée par le cabinet spécialisé eMarketer, soit plus de 250 milliards de dollars, son patron et fondateur, a prononcé des déclarations étonnantes, rapporte le site d'information américain cnbc.com.

"Amazon n'est pas trop gros pour faire faillite. En fait, je prédis qu'un jour Amazon échouera et fera faillite. Si vous regardez les grandes entreprises, leur durée de vie a tendance à dépasser 30 ans mais pas cent ans" a asséné Jeff Bezos, la semaine dernière lors d'une réunion interne devant des salariés américains. L'un d'entre deux lui avait demandé les enseignements qu'il avait tirés des faillites de certains géants de la distribution comme Sears.

Amazon installera son 2ème siège social sur la côte Est

Selon le patron d'Amazon, la clé pour retarder cette échéance fatale consiste pour l'entreprise à avoir l'obsession de ses clients. "Si nous commençons à nous préoccuper de nous-mêmes au lieu de se focaliser sur nos clients, ce sera le début de la fin. Nous devons essayer de retarder ce jour aussi longtemps que possible" a-t-il ajouté.

Ces commentaires inédits d'un grand patron américain au faîte de sa gloire et sa fortune (il est devenu l'homme le plus riche du monde) surviennent alors qu'Amazon vient d'arrêter son choix en faveur de deux métropoles de la côte Est des États-Unis, près de Washington DC, la capitale fédérale et New-York. Il a décidé d'y répartir ce qui sera son deuxième siège social après celui de Seattle, dans l'État de Washington, sur la côte Ouest.

F.Bergé