BFM Tech

Cette machine va imprimer vos plats en 3D

-

- - Columbia University

Des chercheurs ont mis au point une imprimante 3D dédiée à la nourriture. La machine travaille à partir d’aliments bruts.

Les applications de l’impression 3D sont infinies. Architecture, médecine, archéologie… tous les domaines sont concernés. Et la cuisine n’y échappe pas. Des chercheurs de l’université Columbia à New York viennent de dévoiler une machine capable d’élaborer des plats grâce à cette technologie et destinée au grand public. L’engin ne se contente pas de travailler la présentation de l’assiette puisqu’il peut également cuire les aliments. Son design sobre n’est pas sans rappeler celui d’une machine Nespresso, à ceci près que les compartiments sont plus nombreux et permettent d’accueillir huit ingrédients.

-
- © Columbia University

Le projet est dirigé par Hod Lipson, professeur en génie mécanique à Columbia. “On touche à quelque chose d’essentiel dans notre vie. On cuisine depuis la nuit des temps. Alors que la technologie et les logiciels se sont immiscés un peu partout, notre façon de faire à manger reste primitive et ressemble beaucoup à celle de nos lointains ancêtres. La cuisine n’est pas encore concernée par les logiciels. Mais quand ce sera le cas, cela va la faire décoller”, explique-t-il au site 3Ders.

Lipson n’est pas le seul à vouloir révolutionner notre façon de cuisiner. Fin 2015, l’entreprise suisse Nutresia lançait Chef Cuisine, une machine qui permet de concocter des plats élaborés par la chef Anne-Sophie Pic. Le fonctionnement est plus classique puisqu’il s’agit de réchauffer des plats déjà cuisinés, quand la machine d’impression 3D travaille à partir d’aliments bruts. Toutefois, c’est un autre chef français qui a travaillé avec les équipes américaines. Hervé Malivert, de l’International Culinary Center (ICC), a été consulté pour sélectionner les ingrédients les plus pertinents et trouver les meilleures combinaisons possibles.

-
- © Columbia University

Le but de l’équipe de Hod Lipson n’est pas seulement de nous offrir de belles assiettes. La gestion de la cuisson et des ingrédients permet des dosages extrêmement précis. De quoi rendre la vie plus facile pour ceux qui suivent des régimes alimentaires spécifiques. Un nouveau prototype devrait être finalisé avant la fin de l’année. Mais il faudra encore patienter avant de déguster les premières boulettes imprimées en 3D. La commercialisation n’est pas prévue avant 2020.

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech