BFM Business

Luc Besson rouvre provisoirement son école de cinéma

La plupart des mécènes ont retiré leur soutien

La plupart des mécènes ont retiré leur soutien - BFM TV

Menacée de fermeture, l'école de la cité du cinéma de Saint Denis a rouvert ses portes cette semaine pour permettre à la dernière promotion de finir son cursus. L'école cherche des solutions pour pérenniser son activité.

L'Ecole de la cité du cinéma à Saint Denis a rouvert ses portes, du moins pour l'instant, a annoncé l'école vendredi 5 octobre. Cette réouverture va permettre à la promotion de cette année d'effectuer la seconde et dernière année de son cursus. "Les cours ont repris le 1er octobre, et Luc Besson a assuré lui-même la master class de rentrée les trois premiers jours", indique le communiqué.

Quant à la poursuite des activités de l'école au-delà de cette promotion, le communiqué ajoute: "pour pérenniser l'école, nous travaillons étroitement avec la région Ile-de-France et les ministères concernés. Leur implication sera évidemment déterminante pour permettre à l'école de remplir sa mission éducative".

Chute du mécénat

Pour mémoire, Luc Besson avait créé cette école en 2012. Gratuite et d'une durée de deux ans, l'Ecole de la cité forme chaque année soixante jeunes de 18 à 25 ans désirant devenir réalisateur ou scénariste, sans condition de diplôme. Luc Besson la préside et l'a installée dans la Cité du cinéma de Saint Denis, un projet dont il est à l'origine.

Luc Besson y assure des cours, et fait verser à l'école les cachets reçus pour ses prestations (conférences, etc...). Son studio EuropaCorp verse aussi une partie de sa taxe d'apprentissage. Mais l'essentiel du financement venait de mécènes externes. Mais plusieurs d'entre eux (Pathé, Gaumont, BNP Paribas, M6 et Canal Plus) ont retiré leur financement au fur et à mesure, faisant chuter les recettes de mécénat de 1,8 million d'euros la première année à 179.660 euros l'année dernière.

Seuls TF1, Kering et deux prestataires techniques (Transpalux et NextShot) continuaient à soutenir financièrement l'école, à en croire son site. S'y ajoute le CNC (Centre national du cinéma) et la région Ile-de-France, qui indiquent verser 200.000 euros chacun cette année. Selon le communiqué publié vendredi, cette réouverture a été permise "grâce au soutien de la région, du CNC et des partenaires historiques de l'école".

Mais l'école était aussi plombée par son loyer élevé. A l'origine, il s'élevait à 400.000 euros par an hors charges, pour 1000 mètres carrés, soit 400 euros par mètres carrés et par an. Ce loyer était versé à Front Line, la holding personnelle de Luc Besson, qui assurait ne faire aucune marge dessus.

Valse hésitation

Suite à la baisse des ces financements, le 29 juin dernier, la fermeture de l'école avait été annoncée aux élèves par sa vice-présidente, Isabelle Agid, et le concours d'entrée de la prochaine promotion annulé. Les locaux de l'école avaient été rendus, l'équipe administrative d'une dizaine de personnes remerciée -notamment via des licenciements économiques-, et le directeur de l'école Laurent Jaudon avait quitté ses fonctions. Et la dernière promotion s'était vue expliquer qu'elle ne ferait pas sa deuxième année...

Face à l'émotion suscité, Luc Besson a donc cherché cet été une solution aboutissant à cette réouverture. Un nouveau chef d'établissement, Romuald Drault, a été nommé.

Jamal Henni