BFM Business

L'entreprise française Altran révèle avoir été victime d'une cyberattaque d'envergure

Pour protéger ses clients, employés et partenaires, Altran a dû immédiatement déconnecter son réseau informatique et toutes ses applications, à la suite d'une cyberattaque constatée le 24 janvier.

Pour protéger ses clients, employés et partenaires, Altran a dû immédiatement déconnecter son réseau informatique et toutes ses applications, à la suite d'une cyberattaque constatée le 24 janvier. - Menahem Kahana-AFP

Une cyberattaque survenue jeudi 24 janvier chez Altran a nécessité la déconnexion du réseau informatique et des applications de ce géant français du conseil en technologie. Cette offensive n'aurait occasionné aucun vol de données à son détriment, a assuré ce lundi la société.

"Le 24 janvier, Altran a été la cible d'une cyberattaque affectant ses opérations dans certains pays européens", a déploré la société française de conseil en technologie. Altran a reconnu que son activité informatique interne avait été paralysée par cette attaque informatique d'envergure en raison des mesures préventives qu'elle a dû prendre en urgence, alors que l'origine de cette offensive malveillante reste à ce jour inconnue.

"Pour protéger nos clients, employés et partenaires, nous avons immédiatement déconnecté notre réseau informatique et toutes nos applications. L'enquête que nous avons menée n'a révélé aucun vol de données ni aucun cas de propagation de l'incident à nos clients", a précisé l'entreprise qui a tenu à rassurer les grandes entreprises pour le compte desquelles elle travaille.

Altran travaille pour des sociétés dans des secteurs stratégiques

Altran intervient comme société de conseil et prestataires de services de R&D (recherche et développement) et d'ingénierie auprès des grands industriels français et étrangers dans de nombreux secteurs "stratégiques": aérospatiale, automobile, défense, énergie, ferroviaire, finance, sciences de la vie, télécoms, etc...

Altran emploie près de 46.000 salariés dans plus de 30 pays. La société française représente près de 3 milliards de chiffre d'affaires annuel, après l'intégration de la firme américain Aricent, qu'elle acquise fin 2017.

La révélation de cette cyberattaque intervient quelques jours après que les armées françaises et leur ministère de tutelle ont précisé avoir été la cible d'une centaine de cyberattaques par an, selon la ministre des Armées Florence Parly. Les serveurs du ministère des Armées ont notamment été la cible d'une cyberattaque entre fin 2017 et avril 2018 au cours de laquelle on a cherché à accéder directement au contenu de boîtes email de 19 cadres du ministère, dont celles de quelques personnalités sensibles, selon la ministre.

Frédéric Bergé avec AFP