BFM Business

Facebook souffre de la mise à jour de l'iPhone, qui limite la collecte de données

Le logo de Facebook.

Le logo de Facebook. - Leon Neal - AFP

Le réseau social ne peut plus collecter autant de données qu'auparavant, et peine à mesurer l'efficacité des publicités dans son écosystème. Une situation qui a fait baisser l'entreprise en bourse.

Facebook décrochait en Bourse mercredi 22 septembre après avoir annoncé que la mise à jour du système d'exploitation de l'iPhone affectait sensiblement ses revenus publicitaires, faute de pouvoir collecter autant de données qu'auparavant.

Vers 15h50, le titre coté au Nasdaq abandonnait 3,62% à 344,53 dollars.

Lancée fin avril, la nouvelle version du système d'exploitation d'Apple, iOS, inclut de nouveaux éléments visant à renforcer la protection des données des utilisateurs.

La version 14.5 d'iOS demande au propriétaire du téléphone s'il souhaite ou non permettre à une application téléchargée sur l'appareil de suivre son parcours en ligne en dehors de l'app. En mai, une étude réalisée par Flurry Analytics a démontré que 90% des utilisateurs d'iPhone refusaient cette mise à jour.

Moins de données collectées

S'il refuse, l'application ne peut plus collecter de données lorsque l'utilisateur navigue en ligne et se rend sur d'autres sites ou applications.

Facebook avait déjà indiqué, lors de la présentation de ses résultats du deuxième trimestre, fin juillet, que ces mises à jour auraient des effets plus prononcés au troisième trimestre sur les revenus publicitaires du groupe.

"Beaucoup d'entre vous nous ont dit que l'impact sur vos dépenses publicitaires (de la mise à jour) avait été plus important que prévu", a écrit Graham Mudd, vice-président de Facebook en charge du marketing produit, dans un message adressé aux clients du groupe.

"Le coût induit pour atteindre vos objectifs a peut-être augmenté et il est devenu plus difficile de mesurer (le succès de) vos campagnes (publicitaires) sur notre plateforme", a-t-il poursuivi, dans un billet de blog.

Une série d'outils à l'étude

Faute de pouvoir déterminer dans de nombreux cas si l'utilisateur de Facebook s'est ensuite rendu sur l'application ou le site de l'annonceur, voire a procédé à un achat, il est plus difficile de connaître l'efficacité d'une publicité.

Graham Mudd a mis en avant, pour les annonceurs, une série d'outils et d'ajustements possibles pour mieux appréhender l'efficacité d'une campagne publicitaire sur Facebook, même s'il s'agit plus d'une stratégie de contournement et que les contraintes liées au nouvel iOS demeurent fortes.

Le réseau social a aussi annoncé une série d'initiatives et d'investissements pour mieux mesurer l'effet d'une campagne pour l'annonceur.

Victoria Beurnez avec AFP