BFM Tech

Désinformation: Facebook fait fermer un groupe de militants anti-masques

Donald Trump porte un masque à l'hôpital Walter Reed, près de Washington, le 11 juillet 2020

Donald Trump porte un masque à l'hôpital Walter Reed, près de Washington, le 11 juillet 2020 - ALEX EDELMAN © 2019 AFP

Le réseau social a fermé l'un des plus importants groupes "anti-masques". Ce dernier, jugé propice à la désinformation, comprenait plus de 9600 membres.

Facebook exclut de son réseau l'un des plus larges groupes ayant promu l'inutilité des masques face au Covid-19. La plateforme a tout récemment fermé un groupe baptisé "Unmasking America" (soit "Démasquer l'Amérique") en avançant qu'il contrevenait à ses conditions d'utilisation.

Le groupe en question véhiculait plusieurs affirmations largement démenties, selon lesquelles les masques, en empêchant de respirer correctement, avaient un "impact psychologique négatif" et favorisaient "l'asservissement" voire "l'obéissance cognitive".

1600 publications par jour

De nombreux autres articles, images, vidéos ou simples commentaires allant à l'encontre du consensus scientifique sur le port du masque y étaient également relayés, à hauteur de près de 1600 publications par jour. De quoi permettre à Facebook de faire valoir sa politique de modération face à la désinformation.

"Nous avons des une politique claire face à la promotion de fausses et nuisibles informations au sujet du COVID-19 et avons supprimé ce groupe tout en continuant à examiner les autres", a déclaré le porte-parole de Facebook Dami Oyefeso dans un e-mail au site américain The Verge.

Plusieurs dizaines de groupes prônant l'inutilité du masque ont été créés aux Etats-Unis. Le phénomène vaut aussi pour la France. Un groupe public, en faveur d'un regroupement contre le port du masque obligatoire, compte près de 6000 membres à lui seul. Le port du masque dans les espaces clos a été rendu obligatoire dans le pays depuis le lundi 20 juillet. En cas de non-respect de cette mesure, les contrevenants se verront verbalisés à hauteur de 135 euros, la même amende que celle déjà donnée dans les transports en commun.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech