BFM Tech

Le hacker le plus recherché au monde employé par la Russie?

Le hacker Evgeniy Mikhailovich Bogachev

Le hacker Evgeniy Mikhailovich Bogachev - -

Evgeniy M. Bogachev est le pirate le plus recherché par le FBI. Selon le New York Times, il travaillerait en réalité pour les services de renseignement russes.

Il a 33 ans, aime les belles voitures et les chats. Il est surtout le cybercriminel le plus recherché de la planète, pour lequel le FBI est prêt à débourser 3 millions de dollars. En 2007, Evgeniy Mikhailovich Bogachev a mis au point un virus capable de dérober les informations bancaires de ses victimes. Sobrement baptisé Gameover Zeus, le logiciel lui a permis de voler plus de 100 millions de dollars. Depuis le démantèlement du réseau par les autorités américaines, Bogachev s’est réfugié en Russie. Selon le New York Times, ses compétences profiteraient au FSB, les services secrets russes.

Des recherches sur la Syrie

Durant plusieurs mois, l’homme a pris la main sur plus d’un million de machines à travers le monde. Une mine d’or pour quiconque espère dénicher les informations bancaires d’autant d’utilisateurs. Sauf que l'entreprise de cybersécurité Fox-IT a constaté que ces machines “zombies” avaient aussi été ciblées par des requêtes bien différentes. Des mots-clés comme “top secret” ou “Département de la défense” ont été utilisés pour rechercher des fichiers potentiellement sensibles. Des domaines qui dépassent largement les intérêts de Bogachev.

En Turquie, des machines infectées par Gameover Zeus ont aussi entamé des recherches concernant des “livraisons d’armes” à un moment où les Etats-Unis prenaient la décision d’apporter une aide militaire aux rebelles syriens.

Employé par le FSB?

Pour les experts cités par le New York Times, les services de renseignement russes ont profité du travail de Bogachev pour exploiter les failles ouvertes sur les centaines de milliers de machines touchées. Les activités de Bogachev seraient désormais supervisées par une branche du FSB, qui aurait pris l’habitude de recruter les hackers recherchés par le FBI.

Après avoir possédé deux villas en France, Evgeniy M. Bogachev profiterait de sa fortune à Anapa, une petite ville russe au bord de la mer Noire. Père de famille et propriétaire d’un bateau de luxe, il pourrait voyager grâce à trois passeports russes lui offrant trois identités différentes. Sans accord d’extradition vers les Etats-Unis, il ne semble pas prêt d’être inquiété.

La CIA n'est pas en reste

Ces révélations interviennent quelques jours après les fuites de Wikileaks concernant les méthodes de piratage de la CIA. Si aucune information ne permet de prouver que l'agence américaine tisse des liens avec des cybercriminels, elle profite de failles de systèmes d'exploitation sans en avertir les fabricants, mettant en danger des millions d'utilisateurs. 

Toujours selon WikiLeaks, la CIA aurait collecté des logiciels malveillants étrangers - y compris venant de Russie - pour les étudier. Le but est notamment de procéder à des cyberattaques sous fausse bannière, en laissant des traces que les spécialistes pourraient confondre avec celles d'autres Etats. 

https://twitter.com/GrablyR Raphaël Grably Chef de service BFM tech