BFM Business

Floride: un mot de passe oublié a empêché le contrôle du port d'arme pendant un an

Fin mars, des manifestants défilent en Floride à la suite de la tuerie de Parkland.

Fin mars, des manifestants défilent en Floride à la suite de la tuerie de Parkland. - JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

L'Etat américain de Floride a accordé pendant plus d'un an des permis de port d'arme sans contrôler les antécédents des acheteurs. En cause, le manque d'accès d'une salariée au système fédéral de vérification.

En Floride, obtenir un permis de port d'arme n'a jamais été aussi facile qu'entre février 2016 et mars 2017. Durant cette période, aucune vérification des antécédents des demandeurs n'a été effectuée, rapporte le quotidien Tampa Bay Times. La fonctionnaire en charge des demandes ne pouvait pas consulter la base de données du système fédéral de vérification du FBI, car elle n’arrivait pas à s’y connecter, faute d'identifiants corrects.

Selon le rapport de l'Inspection générale du département de l'Agriculture de Floride, le mot de passe de l'employée, depuis limogée, ne fonctionnait pas. Il aura fallu plus d'un an pour qu'un autre employé s'étonne du fait que son département n’ait pas reçu de refus de la part du système de vérification du FBI "depuis un petit moment".

La base de données inaccessible concernait les permis de port d'armes dissimulées, à savoir les armes de poing portées sous un vêtement ou dans un sac.

291 permis révoqués sur 365

Des vérifications sur les antécédents des demandeurs de port d'arme ont finalement été faites sur le tard, pour la période incriminée, a indiqué Adam Putnam, candidat au poste de gouverneur et commissaire à l'Agriculture de Floride. 

"Après avoir découvert la négligence de cette ancienne employée en n'effectuant pas l'examen supplémentaire requis pour 365 demandes, nous avons immédiatement effectué des vérifications complètes des antécédents de ces 365 demandes, ce qui a entraîné 291 révocations", a-t-il déclaré vendredi soir. "Nous avons immédiatement lancé une enquête et mis en place des mesures de protection pour s'assurer que cela ne se reproduise plus jamais."

Ce défaut de vigilance coïncide avec une période particulièrement meurtrière pour l'Etat américain. L'Etat, connu pour son laxisme en matière de vente d'armes, a été frappé par deux fusillades mortelles d'envergure : celle du club gay d'Orlando, en juin 2016, commise au nom du groupe Etat islamique et qui a fait 49 morts; celle du lycée de Parkland, au nord de Miami, le 14 février. Un jeune homme de 19 ans y a tué 17 personnes. Il avait ouvert le feu avec un fusil semi-automatique acheté légalement, malgré plusieurs signalements sur son comportement violent.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech