BFM Business

Données collectées par les compteurs Linky: la Cnil met en demeure EDF et Engie

BFM Tech
Le gendarme des données personnelles exhorte les deux entreprises à se conformer au plus vite au règlement général sur la protection des données, sous peine de sanctions.

Les compteurs Linky seraient-ils, comme leurs détracteurs le martèlent, trop gourmands en données personnelles? La Cnil, gendarme français de la protection des données, a annoncé mardi avoir mis en demeure les groupes d'énergie EDF et Engie, pour "non-respect de certaines conditions de recueil du consentement concernant les données des compteurs communicants".

EDF et Engie "recueillent effectivement un consentement auprès de leurs utilisateurs" mais il "n'est ni spécifique ni suffisamment éclairé", estime le gendarme français des données personnelles, qui a mené une série de contrôles chez ces entreprises pour s'assurer de la conformité de leurs pratiques. 

Une durée excessive de conservation des données

Autre grief de la Cnil envers les compteurs Linky: leur "durée de conservation excessive des données de consommation". Ces données s'avèrent d'autant plus sensibles qu'elles peuvent en dire long sur la vie privée des détenteurs de compteurs, et laisser entrevoir leurs heures de lever et de coucher, leurs périodes d'absence ou encore le nombre de personnes présentes dans le logement.

Or, si les deux groupes français "ont globalement défini des durées de conservation" des données, les vérifications ont révélé qu'elles sont "parfois trop longues au regard des finalités" pour lesquelles les données sont conservées, relève également la Cnil.

L'institution donne trois mois aux deux entreprises pour mettre en conformité la manière dont ils gèrent la collecte des informations personnelles des consommateurs par les compteurs communicants Linky.

"EDF s’engage à apporter les corrections demandées par la CNIL", a fait savoir l'entreprise sur Twitter. "La protection des données personnelles de nos clients est une priorité. Nous les utilisons exclusivement pour leur délivrer les services auxquels ils ont souscrit. En aucun cas nous ne transmettons leurs données."

E.T. avec AFP