BFM Business

Amazon investit dans la technologie de conduite de véhicule "autonome"

La start-up américaine Sequoia a levé 530 millions de dollars dans un tour de table auquel Amazon a largement participé.

La start-up américaine Sequoia a levé 530 millions de dollars dans un tour de table auquel Amazon a largement participé. - Ina Fassbender-AFP

Aurora, startup américaine spécialisée dans la voiture autonome, a levé 530 millions de dollars, dont une partie "significative" provenant du géant Amazon, toujours à la recherche de moyens pour réduire ses coûts de livraison.

La start-up américaine Aurora, déjà partenaire technologique de Volkswagen, a bouclé un tour de table réunissant la somme colossale de 530 millions de dollars (467 millions d'euros). Il a été mené par le fond d'investissement Sequoia spécialisé dans la tech, Amazon ayant participé de manière significative à cette levée de fonds.

Cette jeune pousse fondée par des anciens de Google, Tesla et Uber, dispose d'une équipe expérimentée de développeurs dans le domaine des logiciels et du matériel pour les véhicules autonomes (sans chauffeur). Cette levée de fonds valorise cette start-up à plus de 2,5 milliards de dollars. La technologie de conduite sans chauffeur mise au point par Aurora a déjà été testée sur des 4 x 4 urbains d'Audi, filiale de VW, avec de bons résultats.

Avec cet investissement dans Aurora, Amazon rejoint les autres géants américains de la tech présents dans la voiture autonome : Alphabet/Google (Waymo) mais aussi Uber et son concurrent Lyft, ou même Apple, entre autres...

Amazon cherche à réduire les coûts de livraison

"Nous cherchons en permanence à investir dans des entreprises innovantes et qui ont le consommateur pour obsession, et Aurora est exactement ça", a commenté un porte-parole d'Amazon. "La conduite autonome peut aider à rendre les emplois de nos employés et partenaires plus sûrs et plus productifs, que ce soit dans un centre logistique ou sur la route", a-t-il ajouté.

Géant tentaculaire, Amazon a construit au fil des ans un réseau logistique colossal pour livrer les produits partout et rapidement mais ce réseau lui coûte très cher et Amazon cherche en particulier à réduire le coût de la livraison sur le "dernier kilomètre" qui conduit jusqu'au client final.

Dans le même ordre d'idée, le mastodonte du commerce-en-ligne a présenté le mois dernier un petit robot de livraison nommé "Scout", déjà en test dans les environs de Seattle, où est basé son siège. Le groupe travaille aussi sur la livraison par drone.

Frédéric Bergé avec AFP