BFM Business

Airbnb licencie un quart de ses salariés

Les investisseurs qui ont tout misé sur Airbnb se retrouvent en difficulté

Les investisseurs qui ont tout misé sur Airbnb se retrouvent en difficulté - AFP

Confronté à une chute spectaculaire de son chiffre d'affaires, le géant américain de la location touristique entre particuliers a décidé de licencier près de 1900 salariés, selon CNBC.

"Nous vivons collectivement la crise la plus atroce de notre existence". Ainsi commence le courrier envoyé par Brian Chesky à ses salariés dans lequel il leur annonce un plan massif de licenciement, selon CNBC. Le patron d'Airbnb a décidé de supprimer un quart de l'effectif du groupe basé à San Francisco.

Le 11 mai sera le dernier jour de travail pour près de 1900 salariés de la plus importante plateforme de mise en relation de particuliers dans le secteur du tourisme.

"J'ai un profond sentiment d'amour pour vous tous" ajoute Brian Chesky qui assure que les salariés d'Airbnb aux Etats-Unis et au Canada toucheront une indemnité de licenciement correspondant à quatorze semaines de salaire plus une semaine par année d'ancienneté. 

Un chiffre d'affaires probablement divisé par deux

Dans son courrier, le PDG d'Airbnb souligne que le chiffre d'affaires attendu pour cette année devrait être deux fois inférieur à celui de 2019. Or, selon le Wall Street Journal, le groupe est revenu dans le rouge, avec une perte de 322 millions de dollars sur les neufs premiers mois de l'année, imputable à d'importants investissements. En 2018, Airbnb avait dégagé 200 millions de dollars de bénéfices.

Airbnb entend revoir sa stratégie. Brian Chesky estime qu'à l'avenir, les vacanciers voyageront différemment, en privilégiant la proximité, la sécurité et des prix plus abordables. La plateforme va devoir, explique-t-il, s'adapter à cette nouvelle donne en "revenant à ses racines".

La semaine passée, Airbnb avait annoncé la mise en place de nouveaux protocoles de nettoyage et de désinfection des logements mis en location pour rassurer ses clients. Le groupe prévoit de former ses hôtes à cet effet. Mais ces mesures ne seront sans doute pas suffisantes pour rassurer des clients qui hésitent pour le moment à réserver.

Pierre Kupferman
https://twitter.com/PierreKupferman Pierre Kupferman Rédacteur en chef BFM Éco