BFM Immo

Photovoltaïque : Edf responsable de la bulle ?

Les professionnels attendent la prochaine conciliation, le 12 janvier 2011

Les professionnels attendent la prochaine conciliation, le 12 janvier 2011 - dr

Le gel des installations photovoltaïques était expliqué hier par Nathalie Kosciusko-Morizet comme une réponse à la bulle financière. Or, Les Echos dévoilent ce matin que « Edf EN a déposé les trois quarts des projets ». Edf est ainsi accusé d’être co-responsable de la situation.

La ministre du Développement durable précisait hier sur France Info qu’« une bulle spéculative s’ [était] formée » et que nombre de projets étaient « devenus support à spéculation financière ». Or, Les Echos révèlent ce matin une partie des conclusions de la concertation qui a eu lieu lundi, avec les professionnels de la filière, mais aussi des élus. Selon le quotidien, « la formation de la bulle du photovoltaïque ne se limite pas à une multitude de projets déposés auprès du gestionnaire du réseau de distribution Erdf » car en parallèle, « une quarantaine de projets plus importants ont récemment été déposés auprès de RTE, contribuant ainsi à l'engorgement ».

¾ des projets sont déposés par Edf EN

La capacité visée est de 5 400 MW en 2020. Les objectifs du Grenelle de l'environnement en terme de volume de panneaux photovoltaïques sont « en passe d’être atteints et même dépassés » déclarait hier Nathalie Kosciusko-Morizet alors que dans le même temps, RTE connaissait une forte accélération des demandes de raccordement en fin d'année. « L'ampleur de la file d'attente chez RTE constitue une découverte », explique-t-on au Syndicat des énergies renouvelables cité par le quotidien économique. Et chez EDF Energies Nouvelles, on « compte 980 mégawatts de projets dans cette file d'attente RTE. Soit les trois quarts des projets ». Ainsi, pour l’avenir, « selon ERDF, un peu moins de la moitié des projets en file d'attente (1,4 gigawatt) ne bénéficieront pas des anciens tarifs et devront recommencer la procédure ». Les professionnels se sentent donc dans l’impasse à cause du géant de l’énergie « mastodonte plus proche de Dieu que les autres », insistait même un des participant à la concertation.

Adèle Raiton