BFM Immo

Entretien, sécurité, coût d'installation… Ce qui freine les Français pour installer une piscine

De nombreux Français aimeraient installer une piscine chez eux. Mais les coûts et les autres contraintes liés à cet équipement sont un sérieux frein à l'achat.

Avoir une piscine privée à son domicile ou dans sa résidence secondaire est un rêve partagé par de nombreux ménages. 15% des Français interrogés possèdent déjà un bassin chez eux, selon un sondage* réalisé en mai 2021 par OpinionWay pour le compte de Flipr, une entreprise spécialisée dans la gestion à distance des piscines. D'ailleurs, parmi eux, 4% ont installé une piscine après le début de la crise sanitaire. Et de nombreux Français souhaiteraient les imiter. 10% des personnes sondées envisagent ainsi d'installer une piscine.

Parmi ceux qui ont mis en place une piscine depuis début 2020 ou envisagent de le faire (soit 14% de l'échantillon total), ce sont les piscines hors-sol qui sont plébiscitées (20%), devant les piscines en kit (18%), celles enterrées (16%), les piscines d'intérieur (6%) ou encore les piscines couloir de nage (5%).

Mais l'étude d'OpinionWay pour Flipr nous renseigne aussi sur les éléments qui font hésiter de nombreux propriétaires. Lorsqu'on pose la question à l'ensemble des Français de savoir quelles sont les contraintes liées au fait d'avoir une piscine à domicile (que les personnes interrogées en aient une ou pas donc), c'est l'entretien qui suscite le plus d'inquiétude. Le coût de ce dernier est cité comme la première contrainte (par 65% des Français interrogés) et l'entretien régulier comme la deuxième plus importante (59%).

40 euros par mois pour une piscine de 32 m2

Robot nettoyeur, électricité, produit d'entretien (comme le chlore), remplacement de l'eau évaporée… La liste des frais d'entretien d'un bassin est longue. Il faut généralement compter entre 300 euros et 1.000 euros par an, hors frais de réparation éventuels. Mais tout va dépendre de la surface de la piscine et du niveau d'équipement. Pour un bassin de 32 mètres carrés de surface (huit mètres de long par quatre mètres de large), la Fédération des professionnels de la piscine et du spa (FPP) estime que le coût de l'entretien est en moyenne de 40 euros par mois, soit 480 euros par an.

Une autre "dépense" est redoutée par les Français : 38% des personnes interrogées citent ainsi l'impôt foncier à payer pour la piscine. De fait, disposer d'une piscine, lorsque celle-ci est enterrée ou qu'elle ne peut pas être déplacée sans être détruite, fera grimper la valeur locative cadastrale de votre bien. Or, c'est ce qui sert de base de calcul à la taxe foncière mais aussi à la taxe d'habitation (qui s'applique toujours pleinement pour les résidences secondaires). Interrogé par Capital en 2020, Karl Toussaint du Wast, co-fondateur de Netinvestissement, estimait que la présence d'une piscine entraînait une hausse du montant de la taxe foncière de 5 à 10%.

Petite astuce sur ce point : par défaut, "les constructions nouvelles, reconstructions et additions de construction à usage d'habitation sont exonérées de la taxe foncière sur les propriétés bâties durant les deux années qui suivent celle de leur achèvement", indique l'article 1383 du Code général des impôts. Mais attention, il faut en faire la demande auprès du fisc dans les 90 jours suivant la fin des travaux. On précisera aussi que les communes peuvent revenir en grande partie sur cette exonération.

Une taxe d'aménagement souvent oubliée

S'y ajoute également un autre élément, souvent oublié : la taxe d'aménagement, surnommée la "taxe sur les abris de jardin". Pour les piscines, la base taxable est forfaitaire et fixée à 200 euros par mètre carré de surface, comme le détaille ici le site service-public.fr. Mais il s'agit uniquement de la base taxable. En effet, le fisc part d'une valeur taxable par m2, multiplie par la surface des constructions concernées puis applique le taux qui correspond à votre lieu de résidence. Histoire de complexifier, ce taux est déterminé en additionnant un taux communal et un taux départemental. En Ile-de-France, il existe également une part régionale.

Il existe un simulateur en ligne du ministère de la Cohésion des territoires qui vous permettra d'évaluer le montant de cette taxe d'aménagement, que vous ne devrez payer qu'une seule fois après la fin des travaux (et non annuellement). Selon ce simulateur, la taxe d'aménagement pour une piscine d'une surface de 32 mètres carrés à Nîmes coûtera par exemple près de 340 euros.

3,1 millions de piscines en France d'ici fin 2021

Etrangement, le coût d'achat et d'installation d'une piscine n'arrive qu'en troisième position des principales contraintes citées par les Français, toujours selon le sondage d'OpinionWay. Pourtant, il faut compter entre 5.000 euros (pour une piscine hors sol) et 30.000 euros (pour une piscine enterrée). La FPP évoque ainsi un prix moyen de 24.000 euros pour une piscine enterrée d'une surface de 32 mètres carrés.

Parmi les autres contraintes, les Français citent des éléments non financiers: les obligations de sécurité avec les dispositifs anti-noyade (42% des sondés), la surveillance des enfants (39%) et tout simplement le manque d'espace (26%).

Malgré ces freins à l'installation, l'engouement des Français pour les piscines ne se dément pas. La FPP table ainsi sur un parc de 3,1 million de bassins privés installés dans le pays d'ici fin 2021.

*Enquête OpinionWay pour Flipr réalisée en ligne du 19 au 20 mai 2021 auprès d'un échantillon de 1.004 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. L’échantillon a été constitué selon la méthode des quotas au regard des critères de sexe, d’âge, de catégorie socioprofessionnelle, de catégorie d’agglomération et de région de résidence. Les résultats de ce sondage doivent être lus en tenant compte des marges d'incertitude 1,3 à 3,0 points au plus pour 1000 répondants.

https://twitter.com/jl_delloro Jean-Louis Dell'Oro Rédacteur en chef adjoint BFM Éco