BFM Immo

Question à Annie Ponce, directrice de l’agence du Crédit foncier à Biarritz

BFM Immo
La Vie Financière : Comment se porte le marché à Biarritz ? Annie Ponce : Il se maintient à un niveau très élevé, de 3 000 euros dans le bas de la fourchette, à 7 000, voire 8 000 euros pour les biens d'exception.

Cependant, on observe une décélération de la hausse ces derniers mois. Nous ne sommes plus au temps où les prix grimpaient de 20 % par an.

Désormais le marché se maintient, mais sans augmenter trop fortement. Pourtant, la demande reste forte et la rareté de l'offre contribue à soutenir le niveau de prix puisqu'il n'y a pas de terrains disponibles à la construction. De plus, les acquéreurs sont majoritairement parisiens et disposent d'un fort pouvoir d'achat. Ils souhaitent, pour certains, s'installer à Biarritz en utilisant le produit de la vente de leur bien en Ile-de-France. D'autres cherchent à acquérir une résidence secondaire dont ils bénéficieront pleinement une fois la retraite venue. Mais ce ne sont pas des investisseurs. D'ailleurs, il ne faut pas espérer de rentabilité pour la location de biens vacants car l'investissement de départ est bien trop lourd et l'ancienneté du parc immobilier ne permet pas de bénéficier d'allègements fiscaux.

Les prix de Biarritz s'étant alignés sur ceux de Paris, il est aujourd'hui devenu très difficile pour les habitants de la région de devenir propriétaires, les salaires locaux ne permettant pas d'acheter dans cet îlot. Ainsi, les primo-accédants préfèrent émigrer vers le sud des Landes, où les tarifs sont plus doux et les terrains encore disponibles.

Propos recueillis par Jorge Carasso

BFM Immo