BFM Immo

Les professionnels écartent l'hypothèse d'un krach immobilier

Les ventes ont marqué le pas au 2ème trimestre

Les ventes ont marqué le pas au 2ème trimestre - SNPI / LaVieImmo.com

Les ventes de logements ont reculé au deuxième trimestre, pour la première fois en l’espace d’un an et demi. Si le contexte économique commence à peser sur l’immobilier, le SNPI, syndicat des professionnels du secteur, se dit « confiant dans l’avenir ».

L’immobilier plie mais ne rompra pas. Tel est, en substance, le message délivré par le Syndicat national des professionnels immobiliers (SNPI) dans son dernier Observatoire de conjoncture*. A première vue, le constat n’est pourtant pas très engageant : le document évoque un « tassement accentué de l’activité » au deuxième trimestre 2011, dans « un contexte économique relativement fragile ». Ainsi, les ventes de logements signées par les 9 500 agents et administrateurs de biens adhérant au syndicat ont diminué de 0,5 % sur un an à la période considérée. Cette baisse, la première depuis l’automne 2009, contraste fortement avec la vigueur dont le secteur faisait encore preuve en début d’année, avec un taux de croissance annuel de 13 % au premier trimestre (voir graphique).

Soubresauts

Simple pause après six trimestres de croissance consécutifs ? Possible, d’autant que le marché locatif, qui n’a pas connu le même emballement que celui de la vente en 2010, affiche, lui, un taux de croissance globalement stable dans le temps (+1 % au deuxième trimestre 2011, contre +3 % au premier trimestre et +1 % au deuxième trimestre 2010). Pour l’heure, c’est d’ailleurs le scénario de la stabilisation que semble retenir le SNPI qui, tout en dressant la liste des facteurs susceptibles d’avoir pesé sur le secteur immobilier au deuxième trimestre (« remontée du nombre de demandeurs d’emploi », « pression du coût des matières premières », « atonie de la consommation », « incertitude planant sur la capacité de la zone euro à affronter la crise grecque »), écarte l’hypothèse d’un atterrissage forcé. « Ce deuxième trimestre 2011, comme la conjoncture française, marque le pas, mais nous restons confiants dans l’avenir malgré des soubresauts économiques et financiers français, européens et internationaux », assure ainsi Alain Duffoux, président du syndicat. A l’appui de ce scénario, l’accélération de la progression de l’encours des crédits habitat accordés aux ménages (+9 % sur un an au deuxième trimestre 2011, contre environ +8 % au premier trimestre et +6 % au deuxième trimestre de l’année dernière), qui exclut de facto une forte baisse du nombre de transactions immobilières dans les prochains mois.

Nouvelles baisses en vue ?

Les professionnels interrogés dans le cadre de l’enquête sont pourtant loin de se montrer optimistes. 42 % d’entre eux anticipent une baisse du nombre de transactions immobilières au troisième trimestre, contre 20 % à peine une hausse. « Le solde d’opinion** devient négatif, à -22 points », indique l’Observatoire. Du jamais vu depuis 2009. A noter que le sentiment est légèrement plus favorable en province qu’en Île-de-France : 12 % à peine des agents et administrateurs de biens franciliens disent tabler sur une hausse de leur activité, soit deux fois moins que leurs confrères provinciaux.

*Enquête réalisée par l’institut de sondage I + C en juillet 2011 pour le compte du SNPI, sur la base d’informations collectées auprès d’un échantillon de 550 agents immobiliers et administrateurs de biens

**différence entre les responsables déclarant anticiper une hausse et une baisse de leur activité

Emmanuel Salbayre