BFM Immo

Corse : Le promoteur plastiqué et accusé de spéculer s’explique

Proméo se défend de toute ambition spéculative en Corse

Proméo se défend de toute ambition spéculative en Corse - dr

Le groupe Proméo, victime d’un attentat mercredi dans son village de vacances localisé à Castellare di Casinca, en Haute-Corse, « dément formellement et totalement vouloir réaliser une opération de spéculation immobilière sur le domaine d’Anghjone », annonce-t-il dans un communiqué.

Plusieurs personnes cagoulées se sont introduites dans le village mercredi soir et ont plastiqué « l’ancienne résidence du propriétaire, ainsi que une partie du bâtiment d’accueil », déclare le groupe. Accusé de spéculation immobilière en profitant de la défiscalisation Bouvard par une association, ainsi que des militants nationalistes, Proméo précise qu'il a « repris en 2008 avec le but de rénover au fur et à mesure l’ensemble des bungalows conjointement à une autorisation d’implanter 95 mobile homes ».

« Appel à des entreprises locales »

Le groupe déclare ainsi avoir entrepris « d’importants travaux d’aménagement et d’infrastructures (raccordement aux égouts, rénovation de 111 bungalows …) en faisant appel à des entreprises locales et afin d’accueillir les clients dans les meilleures conditions d’accueil et d’hébergement ». Selon Proméo, « les hébergements initiaux dataient de près de 50 ans et ne pouvaient recevoir de façon satisfaisante et sécurisée les vacanciers. La volonté de Proméo et ses actes (…) ne reflètent en aucune manière une opération de spéculation immobilière ».

Si les destructions ont été importantes, aucun blessé n’est à déplorer. « La capacité à exploiter le site reste intacte », conclut à ce sujet le promoteur.

Léo Monégier