BFM Immo

Le "Pinel +" inquiète déjà les professionnels de l'immobilier neuf

Le gouvernement est prêt à toucher à l'un des dispositifs les plus efficaces pour la construction de logements neufs. Le Pinel qui offre des réductions fiscales à ceux qui investissent dans un bien pour le louer va être remanié. Les professionnels craignent déjà que ces nouvelles complexités freinent encore un peu plus le marché du neuf.

C'est une réforme risquée que s'apprête à mener le gouvernement. Celle du dispositif d'aide à l'investissement locatif dans le neuf. A partir de 2023, le Pinel va se dédoubler. D'un côté, le dispositif classique offrira des réductions d'impôt moins attractives. De l'autre, une version conservera les mêmes avantages mais sera conditionnée à des critères très exigeants.

Pour bénéficier du "Pinel +", le logement neuf devra se trouver dans un des quartiers prioritaires de la ville. Il devra respecter des critères environnementaux très stricts, mais aussi des critères de confort. Une surface minimale par typologie, un espace extérieur privatif et une double exposition pour les biens au-delà du 3 pièces. Autant de critères qui inquiètent les professionnels du secteur. Ils leur rappellent en effet de mauvais souvenirs.

Avec ce nouveau dispositif, le gouvernement veut rendre le Pinel + vertueux, mais les professionnels du logement neuf y voient, eux, une nouvelle complexité qui pourrait leur coûter cher. Il y a une dizaine d'année, le passage du "Scellier" au "Duflot" avait eu comme conséquence de diviser par deux les ventes des promoteurs aux investisseurs.

Marie Coeurderoy