BFM Immo

Le dérèglement climatique, le premier défi des architectes

L'enjeu climatique en tête des préoccupations des architectes

L'enjeu climatique en tête des préoccupations des architectes - Jarmoluk - Pixabay

Une étude publiée par l'Ordre des architectes montre la prise de conscience croissante de l'impact de leurs constructions sur l'environnement.

Les architectes mettent en tête de leurs préoccupations le dérèglement climatique, illustrant leur prise de conscience croissante de l'impact de leurs constructions sur l'environnement, selon l'étude annuelle "Archigraphie 2020" publiée par l'Ordre des architectes. "Le premier défi cité par les architectes est celui des enjeux liés au dérèglement climatique (78 % d'entre eux) alors qu'il était cité par 50 % des répondants en 2018", souligne cette étude réalisée par le CREDOC (Centre de recherche pour l'étude et l'observation des conditions de vie) pour l'Ordre des architectes.

Autre évolution saillante: la féminisation du métier. En près de 20 ans, la part des femmes est passée de 16,6 % à 30,7 %, cette augmentation touchant surtout les moins de 35 ans. 83% des femmes architectes placent le défi climatique en tête de leurs préoccupations, contre 76 % des hommes, selon cette enquête réalisée en avril auprès de 2.233 architectes.

La féminisation de la profession

Ils devaient prioriser six types de défis: nouveaux modes de management, nouvelles clientèles, diversification du métier, impact du numérique, place de l'architecte dans la maîtrise d'oeuvre, enjeux liés au dérèglement climatique. "Les femmes ont plus vite compris leur rôle social dans une société en mutation écologique incontournable", a souligné à l'AFP Elizabeth Gossart, qui a piloté le groupe de travail. Les nouvelles générations d'architectes "ne veulent plus mettre de côté leur vie sociale. Notre métier est d'anticiper l'évolution du bâti, sa longévité, son exploitation, la vie de ses usagers, de leur confort de vie", a-t-elle ajouté.

Le taux de renouvellement des bâtiments anciens par des bâtiments neufs étant trop lent, c'est la rénovation thermique que l'Ordre des architectes voudrait accélérer avec comme objectifs la réduction de la consommation d'énergie finale de 50% (par rapport à 2012) et la division par 4 des émissions de gaz à effet de serre en 2050.

Selon "Archigraphie 2020", les architectes se regroupent de plus en plus en organismes et associations pour répondre à ces défis écologiques: gestion des déchets sur les chantiers, utilisation de matériaux biosourcés et locaux, meilleure gestion de la consommation du bâtiment. Le secteur du bâtiment et de la construction représente 35 % de la consommation d'énergie finale mondiale et près de 40 % des émissions de CO2 liées à l'énergie.

Avec AFP

D. L.