BFM Immo

Immobilier : professionnels et start-up en route ensemble vers le futur

BFM Immo
Malgré les augures qui prédisent des heures sombres à l’immobilier, le secteur a compris l’importance des innovations et les prend à son compte pour le plus grand profit des startups qui répondent aux besoins des professionnels.

Depuis le début de ce siècle, on nous annonce la fin proche de l’immobilier tel que nous le connaissons : désintermédiation, Uberisation, disruption, modèle au bord de la rupture… Dès l’arrivée d’Internet au début des années 2000, beaucoup étaient certains que les agents immobiliers allaient disparaître, remplacés par les plateformes de mise en relation directe entre les vendeurs et les acheteurs.

Les ruptures annoncées n’ont pas eu lieu

La désintermédiation devait supprimer les intermédiaires. La réalité est bien différente. Aujourd’hui plus que jamais, les agents immobiliers sont nombreux et en bonne santé. Aux USA, la part de marché des particuliers vient de tomber à 8%, chiffre le plus bas depuis 50 ans que la NAR, National Association of Realtors, tient des statistiques. En France, la part de marché des professionnels est stable à 70%, niveau plus haut que celui souvent annoncé.

La menace de l’Uberisation des professions immobilières a été le sujet d’un grand nombre d’articles de presse, de colloques et de conférences, mais elle est restée une menace ! Nulle part dans le monde, des particuliers hors la loi offrant des services au rabais n’ont réussi à impacter les marchés immobiliers.

La disruption du secteur devait tout bouleverser ; de nouveaux acteurs, "barbares" et "licornes", allaient inventer des nouveaux modèles économiques. La rupture n’a pas eu lieu, les barbares ont fait pschitt, et les rares licornes du secteur (Opendoor, Compas, etc.) pratiquent des métiers traditionnels, même si elles opèrent sur Internet.

Les professionnels ont pris la mesure de la révolution digitale

En fait, les professionnels de l’immobilier ont pris conscience de l’importance de la révolution digitale. De nombreuses organisations ont activement évangélisé le secteur. La Fnaim, la FF2i - Fédération française de l’Internet immobilier, les réseaux de franchises, les médias du secteur, tous ont pratiqué une veille technologique et ont transmis le message à la profession. Tous les ans à New York au Inman Connect, les Français sont la délégation étrangère la plus nombreuse.

Dès 2013, le salon RENT (Real Estate & New Technologies) a fait le lien entre les professionnels et les nouvelles technologies. Il met les startups en relation avec leurs clients. La réussite du salon, ses 4.000 participants et 200 exposants, montre bien que les agents immobiliers, administrateurs de biens et promoteurs ont compris que les innovations étaient, non pas une menace, mais leurs meilleurs alliés. Le Secrétaire d’État auprès du ministre de la Cohésion des territoires, Julien de Normandie, qui a appelé publiquement de ses vœux un tel événement français, a souligné l’importance de cette mise en relation pour le développement du secteur.

Les start-up de l’immobilier réussissent brillamment

Loin de se placer en rupture, des startups innovantes ont choisit d’accompagner les professionnels. Leur réussite est évidente. Elles lèvent des fonds, embauchent, leur chiffre d’affaires augmente…

Certaines exportent déjà leur savoir-faire : plus de vingt sociétés françaises seront présentes au RENT de Barcelone au mois de mai. Habiteo, Inch, Rhinov, Meero, OuiFlash, Solen, Kelquartier et bien d’autres en sont les meilleurs exemples.

La collaboration entre les professionnels et les startups innovantes est l’avenir de l’immobilier.

Hervé Parent