BFM Immo

À Marseille, un homme stockait 24 tonnes de déchets... dans son appartement

(photo d'illustration)

(photo d'illustration) - Christophe Archambault - AFP

L'homme, victime du syndrome de Diogène, stockait compulsivement des ordures. Les voisins ne pouvaient pas intervenir.

C'est un drame qui aurait pu mal finir. Lors de la dernière canicule, un homme a été retrouvé, inanimé, sur son palier dans un appartement du 1er arrondissement de Marseille. Ses voisins ont appelé les pompiers qui se sont occupés du monsieur de 78 ans, raconte La Provence. Les services de la Ville et l'Agence régionale de santé se sont, eux, occupés de son logement. Car l'homme vivait avec 24 tonnes de déchets, d'après le quotidien.

Si le chiffre paraît énorme, d'après Estrade Services, un service de déménagement, l’ordre de poids moyen constaté lors d’un déménagement est de 120 à 150 kilogrammes par mètre cube. Si un appartement de 100 m² avec une hauteur sous le plafond de 2 mètres était plein à craquer comme un camion de déménagement, cela correspondrait à un poids compris entre 24 et 30 tonnes.

Les services publics ont envoyé une lettre de mise en demeure à la tutrice de cet homme, qui a ainsi pu organiser le nettoyage de ce logement. Le déblaiement a nécessité "une douzaine de bennes et autant d'allers-retours à la déchetterie", précise le quotidien.

Syndrome de Diogène

Les voisins se doutaient que l'homme vivait dans des conditions indignes. Ils le voyaient remonter des déchets, sentaient des odeurs difficilement soutenables et avaient remarqué que ce propriétaire vivait sans eau ni électricité. Mais ils n'imaginaient sans doute pas l'ampleur de la situation. Voyant les quantités de déchets, ils se sont étonnés que la structure de cet immeuble datant du début du XXème siècle ou même le plancher ne se soit pas fissuré.

L'homme est victime du syndrome de Diogène, un trouble du comportement qui a notamment pour caractéristiques une négligence parfois extrême de l'hygiène, une accumulation d'objets, ou encore un isolement social.

Diane Lacaze