BFM Immo

800 nouvelles places d'hébergement vont être créées pour les réfugiés "les plus vulnérables"

Des réfugiés afghans arrivent à Strasbourg pour être hébergés dans un hôtel, le 26 août à Strasbourg

Des réfugiés afghans arrivent à Strasbourg pour être hébergés dans un hôtel, le 26 août à Strasbourg - PATRICK HERTZOG © 2019 AFP

Le projet de budget 2022 prévoit une hausse de 3% de l'enveloppe "immigration, asile et intégration".

Le gouvernement va créer 800 nouvelles places d'hébergement dédiées aux réfugiés "les plus vulnérables", selon le projet de budget 2022 et qui prévoit une hausse de 3% de l'enveloppe "immigration, asile et intégration". Les crédits de cette mission progressent de 3% (+58 millions d'euros) par rapport à 2021 pour atteindre 1,90 milliard d'euros (1,84 en 2021), selon le projet de loi de finances (PLF) adopté en Conseil des ministres.

A cette hausse s'ajoute une enveloppe de 16 millions au titre de la mission "Plan de relance", est-il précisé dans le budget du gouvernement. "800 places de centres provisoires d'hébergement (CPH) seront créées temporairement sur la mission Plan de relance pour améliorer la prise en charge des réfugiés les plus vulnérables", stipule le document.

Faire sortir ces personnes des hébergements d'urgence

"L'État poursuit son effort sur les places en CPH, dont 8.800 sont déjà ouvertes et qui servent de sas aux personnes les plus éloignées des dispositifs, pour les accompagner vers l'autonomie", a commenté auprès de l'AFP Didier Leschi, patron de l'Office français de l'immigration et de l'intégration (Ofii), qui pilote cette prise en charge.

Toutefois, ajoute-t-il, les CPH concernent les personnes qui ont déjà obtenu une protection de la France, "or, notre enjeu aujourd'hui c'est surtout de faire sortir ces personnes des hébergements d'urgence (financés par l'État) pour les faire accéder au logement", qui relève du droit commun. Le PLF 2022 prévoit en outre que 1.500 places dans des centres d'accueil et d'examen des situations (Caes) ainsi que 3.400 places de centres d'accueil des demandeurs d'asile (Cada) "pourront être ouvertes à la mi-année si l'évolution des dépenses d'allocation aux demandeurs d'asile, dont le niveau demeure soumis à des aléas, n'excède pas les prévisions". Le budget immigration est en hausse continue depuis le début du quinquennat: +22% en 2018, +12% en 2019, +8% en 2020, +2% en 2021.

https://twitter.com/DianeLacaze Diane Lacaze avec AFP Journaliste BFM Éco