BFM Patrimoine

Paris:repli hebdo de -0,6%, l'EStoxx gagne 0,3%, le S&P 0,2%

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - La semaine qui s'achève a vu les indices US et européens s'installer dans un corridor de fluctualtion d'une étroitesse et d'une durabilité sans précédente. On pu craindre que le CAC40 fasse cavalier seul à la baisse ce v

(CercleFinance.com) - La semaine qui s'achève a vu les indices US et européens s'installer dans un corridor de fluctualtion d'une étroitesse et d'une durabilité sans précédente.

On pu craindre que le CAC40 fasse cavalier seul à la baisse ce vendredi mais fausse alerte, l'incursion sous les 3.690Pts était une sorte de trou d'air accidentel... et tout est bien qui finit bien.
Paris termine la séance sur une note positive (+0,08%), ce qui réduit la perte hebdomadaire à -0,65%.
Les valeurs bancaires ont connu une semaine d'euphorie après l'annonce lundi d'un enterrement des directives 'Bâle III' qui écarte toutes les contraintes de solvabilité jugées 'handicapantes': Crédit Agricole et Sté Générale bondissent de +12,15%, Natixis de +6,5%.
Côté replis, les parapétrolières ont pâti d'études négatives avec Technip (-8,2%), CGG Veritas (-7,25%).

L'Euro-Stoxx50 affiche +0,35% et une progression hebdomadaire de +0,3%: c'est symbolique mais cela confirme la perpétuation de la tendance haussière (7 semaines 'bull' sur une série de 8).

Consolidation interdite donc en Europe: le FTSE et le Mibtel grappillent 0,3% et le DAX30 +0,1% (à noter les hausses hebdomadaires de Madrid et Milan (de +3% et +3,5% respectivement).

A Wall Street à mi-séance, l'indécision est de mise alors que le 'S&P' (-0,1% ce soir)a retracé hier et encore ce vendredi vers 15H33 le zénith annuel 2012 des 1.472Pts.
Le Dow Jones (+0,05%) reste en course pour rejoindre les 13.500Pts d'ici la clôture, le Nasdaq s'effrite de -0,1%: malgré la spectaculaire chute du Dollar, les exportatrices se montrent timides alors qu'elles avaient soutenu les indices en fin de parcours jeudi soir.
Et n'assistons nous pas à une hausse en 'trompe l'oeil' à Wall Street ? En dépit d'une succession apparente de séances positives depuis le 2 janvier, le 'S&P' ne gagne que 0,2% cette semaine et le 'Dow' +0,05%.

Les banques US ont enregistré le plus important afflux de liquidités (22Mds$) hebdomadaire depuis fin septembre 2007 dans la classe 'actions'.
Mais l'essentiel des 'investissements' (13Mds$) se concentre sur les 'ETF' et plus particulièrement les instruments à effet de levier: ceci démontre la prédominance des stratégies spéculatives et tournées vers des aller-retours de court terme.

Le tout sur fond d'optimisme parfaitement hégémonique, avec 80% de gérants se déclarant haussiers et un rapport 'call/put' de 4 contre 1.

Avec un VIX au plancher historique vers 13,5, il s'agit des conditions techniques les plus uniformémement 'bullish' observées depuis 5 ans et 5 mois, c'est à dire depuis les records absolus de l'été 2007 (sur le 'S&P').

Le Russel-2000 et le S&P-Mid400 ont également enchainé records absolus sur records absolus depuis 3 jours et le 'Dow Transport' est au zénith depuis fin février 2011.

Cette dernière séance de la semaine a été marquée par une nouvelle flambée de l'Euro vers 1,3360$ (+2,5% sur la semaine écoulée) alors que les anticipations de réduction des taux directeurs en Europe se sont évaporées hier vers 14H40.

'Le discours tenu par Mario Draghi lors de la conférence de presse qui a suivi la réunion du conseil des gouverneurs destinée à l'examen de la politique monétaire est plus ambigu que jamais', souligne Aurel BGC.

'Cette conférence de presse nous laisse un peu sur notre faim', regrette le bureau d'études. 'La situation s'est améliorée, mais les risques perdurent et l'incertitude reste élevée. Les banquiers centraux européens ne ferment pas la porte à une prochaine baisse du 'refi', mais ils ne font rien, non plus, pour entretenir les anticipations.'

Cet après-midi, à 14h30, les investisseurs ont découvert une nette dégradation de la balance commerciale des Etats Unis pour novembre (le déficit se creuse de +15,8% à 48,7Mds$) avec des importations en hausse de 8,4% et des importations qui progressent de seulement 1,7%.

On comprend mieux à la lecture de ses chiffres comment la Chine a pu voir bondir ses exportations de +14% au mois de décembre 2012.
En ce qui concerne les prix à l'importation pour décembre, bonne surprise puisqu'ils reculent de -0,1%.

Tokyo (qui a fait un bond de +1,4% ce matin) ne cachait pas son enthousiasme alors que le gouvernement japonais a présenté un plan de relance de 175MdsE (dont 110MdsE de mesures de soutien direct à l'industrie et au BTP) devant permettre la création de 600.000 emplois et l'apport de deux points de croissance.

Le 1er Ministre, Mr Noda, a profité de l'occasion pour souhaiter l'affaiblissement du yen qu'il juge encore surévalué et fustiger l'attitude de la Chine envers les entreprises nippones.

Sur le front des valeurs, Capgemini gagne 2,3% à 34,25 euros, alors que son homologue indien Infosys a annoncé des résultats trimestriels et des objectifs jugés 'encourageants'. Le secteur profite également de la bonne orientation de l'allemand SAP à Francfort après le lancement de sa Business Suite sur sa base de données Hana.

EDF lâchait -1,6%, dans le sillage d'une dégradation de Crédit Suisse, passant de 'neutre' à 'sous-performance', avec un objectif de cours ramené de 14 à 12 euros.

Michelin reculait de 2% à 69,9 euros, tandis que Goldman Sachs a dégradé sa recommandation sur la valeur à 'vendre', contre 'neutre' précédemment, avec un objectif de cours de 60 euros, contre 78 euros.

Valeo grimpait de 3,3% à 39E euros, alors que Goldman Sachs est toujours à l'achat mais a ajouté la valeur à sa liste de convictions et a remonté l'objectif de cours à 51 euros, contre 49 euros précédemment.

Faurecia flambait pour sa part de 5,4%, toujours grâce à Goldman Sachs qui recommande désormais l'achat, contre une opinion 'neutre' précédemment, assorti d'un objectif de cours de 17,5 euros, contre 13,7 euros.

Bénéteau accusait un repli de 0,6%, suite à l'annonce du chiffre d'affaires des trois premiers mois de l'exercice 2012-2013, en hausse de 1% par rapport au premier trimestre 2011-2012, à 96,2 millions d'euros.

Copyright (c) 2013 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance