BFM Patrimoine

Neopost réduit l'objectif de marge opérationnelle de ses métiers traditionnels en 2013

BFM Patrimoine
- Croissance organique de 2,6% au quatrième trimestre et de 2,7% sur l'ensemble de l'exercice - Neopost abaisse son objectif de marge opérationnelle courante pour ses métiers traditionnels - La société vise une marge opérationnelle courante lé

- Croissance organique de 2,6% au quatrième trimestre et de 2,7% sur l'ensemble de l'exercice

- Neopost abaisse son objectif de marge opérationnelle courante pour ses métiers traditionnels

- La société vise une marge opérationnelle courante légèrement inférieure à 25% pour Neopost Integrated Operations, hors charges liées aux acquisitions

- Neopost vise toujours une marge opérationnelle courante de plus de 12% pour ses nouveaux métiers

- Le groupe table pour 2014 sur une croissance organique de son chiffre d'affaires comprise entre 1% et 3%

Chiffre d'affaires de Neopost - Quatrième trimestre et exercice 2013-2014 :

L'ESSENTIEL:

PARIS (Dow Jones)--Le spécialiste des salles de courrier Neopost (NEO.FR) a abaissé lundi son objectif de marge opérationnelle courante en 2013 pour ses activités traditionnelles de traitement de courrier, en raison d'une accélération de ses investissements sur la fin de l'année.

Le groupe table désormais sur une marge opérationnelle courante, hors charges liées aux acquisitions, "légèrement inférieure" à 25% pour ses métiers Neopost Integrated Operations. Neopost visait jusqu'ici une marge opérationnelle courante de plus de 25% pour ses activités traditionnelles.

En revanche, le fournisseur de machines d'affranchissement et de mise sous pli du courrier continue de viser une marge opérationnelle courante d'au moins 12% pour ses nouveaux métiers (Communication & Shipping Solutions).

Neopost a entrepris au début 2012 de se diversifier dans des métiers qui ne sont pas directement liés au traitement du courrier (traçage de colis, qualité des données et composition de documents) pour retrouver de la croissance face au déclin du courrier et à l'essor des solutions de communication électroniques.

Pour l'exercice 2013, clos à la fin janvier 2014, le chiffre d'affaires du groupe, qui réalise plus de 60% de son activité hors zone euro, est ressorti à 1,1 milliard d'euros, en hausse de 2,4% à données publiées et en progression de 5,2% hors effets de change. La croissance organique s'élève à 2,7%.

Sur le seul quatrième trimestre, les revenus de Neopost se sont élevés à 300,5 millions d'euros, en hausse de 0,2% à données publiées et de 3,5% hors effets de change. Sur cette période, la croissance organique s'est inscrite à 2,6%.

Neopost anticipait une croissance annuelle de son chiffre d'affaires d'au moins 5% hors effets de change sur l'exercice. Cet objectif exclut DTMI Spatial, société canadienne au chiffre d'affaires annuel de 10 millions de dollars canadiens, dont le rachat a été annoncé à la mi-octobre.

Pour leur part, les analystes tablaient en moyenne sur un chiffre d'affaires annuel symboliquement supérieur à 1,1 milliard d'euros, selon la base de données FactSet.

Pour l'exercice 2014, entamé en février, le groupe anticipe une croissance organique de son chiffre d'affaires comprise entre 1% et 3%. Le chiffre d'affaires de l'activité Mail Solutions devrait être "plus ou moins stable" tandis que les revenus des activités Communication & Shipping Solutions devraient ressortir en "progression à deux chiffres".

LE COMMENTAIRE DE L'ENTREPRISE:

Denis Thiery, le PDG de Neopost, a déclaré dans un communiqué: "Nous réalisons notre cinquième trimestre consécutif de croissance organique et atteignons nos objectifs annuels, soit 5,2% de croissance hors effets de change et 2,7% de croissance organique. Notre activité Mail Solutions continue de démontrer une forte résilience. Nos activités Communication & Shipping Solutions affichent quant à elles une croissance à deux chiffres ; en deux ans, leur part dans notre chiffre d'affaires a plus que doublé."

LE CONTEXTE:

Le spécialiste des salles de courrier Neopost a engagé début 2012 une stratégie destinée à injecter une nouvelle dose de croissance dans son modèle économique, via notamment des acquisitions. Face au déclin du courrier et à l'essor des solutions électroniques de communication, le groupe a entrepris de se diversifier dans des activités qui ne sont pas directement liées au courrier, mais qu'il peut proposer à ses clients et avec lesquelles il peut dégager des synergies, comme le traçage du colis, de la composition de documents et de la qualité des données comme les adresses.

S'ils sont en plus forte croissance, ces nouveaux métiers dégagent de moins fortes marges, dans la mesure notamment où ils sont encore en phase d'investissement.

Neopost a réalisé en 2012 l'acquisition de la société Human Inference et de GMC Software. L'an dernier, le groupe a également annoncé l'acquisition de la société canadienne DTMI Spatial, au chiffre d'affaires annuel de l'ordre de 10 millions de dollars canadiens. DTMI est spécialisé dans la qualité des données géo-localisées.

Dans le cadre d'un entretien avec Dow Jones Newswires, le PDG du groupe, Denis Thiery, avait estimé fin novembre que Neopost avait les moyens de pérenniser le versement d'un dividende de 3,90 euros par action pendant au moins trois ans, sans que cela ne l'empêche de réaliser de nouvelles acquisitions.

L'action Neopost a terminé la séance de lundi à 66,75 euros. Elle progresse d'environ 75% depuis son point bas du mois de décembre 2012.

-Blandine Hénault et Ambroise Ecorcheville, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 71; ambroise.ecorcheville@wsj.com

COMMUNIQUES FINANCIERS DE NEOPOST:

http://www.neopost.com/fr/information-permanente/communiqu%C3%A9s-de-presse-financiers

(END) Dow Jones Newswires

March 03, 2014 12:30 ET (17:30 GMT)

© 2014 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-