BFM Patrimoine

EADS commande un audit externe sur son code de déontologie

BFM Patrimoine

PARIS (Dow Jones)--European Aeronautic Defence & Space Co. (EAD.FR) a annoncé jeudi avoir commandé un audit externe sur son code de déontologie, alors que certaines des filiales du groupe font face à des allégations de corruption. EADS coop

PARIS (Dow Jones)--European Aeronautic Defence & Space Co. (EAD.FR) a annoncé jeudi avoir commandé un audit externe sur son code de déontologie, alors que certaines des filiales du groupe font face à des allégations de corruption.

EADS coopère pleinement avec le Serious Fraud Office (SFO), l'office britannique de lutte contre la corruption et la délinquance financière, dans le cadre de son enquête sur GPT, une filiale travaillant exclusivement avec le ministère britannique de la Défense, a indiqué la maison mère de l'avionneur Airbus dans un communiqué.

GPT est accusé d'avoir versé de pots-de-vin à des responsables saoudiens en vue de remporter un contrat de systèmes de communications dans le pays.

GPT a été racheté par Paridigm, une division de la Filiale Astrium d'EADS, en 2007.

Le groupe européen d'aéronautique et de défense a reconnu ne pas avoir réagi assez rapidement lorsque ces allégations ont circulé pour la première fois au sein de la filiale en août dernier.

Il a ajouté que le cours des événements avait démontré que le système de protection des dénonciateurs en vigueur au sein d'EADS avait bien fonctionné.

Une étude réalisée par PricewaterhouseCoopers sur GPT n'a pas prouvé que la société ait réalisé des malversations et aucune infraction à la loi n'a été constatée lors de ces audits internes, a indiqué EADS. Par ailleurs, "l'étude n'a trouvé aucune preuve suggérant que GPT ou qu'à travers GPT, toute autre entité du groupe EADS ait demandé à un tiers d'effectuer des paiements frauduleux pour son compte", a ajouté EADS.

EADS est également visé par une enquête sur des faits présumés de corruption dans le cadre de la vente d'avions Eurofighter Typhoon à l'Autriche. Le consortium Eurofighter comprend EADS, le groupe britannique BAE Systems et le groupe italien Finmeccanica (FMC.MI).

Le président exécutif d'EADS, Tom Enders, cité dans le communiqué, a déclaré qu'il "pren[ait] ces allégations très au sérieux" et que "EADS coopér[ait] pleinement avec les ministères publics dans le cadre de cette affaire".

"Cependant, nous ne tirerons aucune conclusion hâtive, ni ne communiquerons davantage d'informations avant de connaître toutes les circonstances de ce dossier qui semble très complexe", a-t-il ajouté.

-David Pearson, Dow Jones Newswires

(Version française Maylis Jouaret)

(END) Dow Jones Newswires

November 15, 2012 09:26 ET (14:26 GMT)

© 2012 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-