BFM Patrimoine

CAC40: décroche sous 4.450 dans le sillage marchés de taux.

BFM Patrimoine

(CercleFinance.com) - Le 'risk-off' ressurgit soudain sur les places occidentales (USA comme Europe) ainsi que sur les marchés obligataires où l'on assite à un grand écart Nord/Sud sans précédent depuis 3 ans avec des tensions de 17 à 20Pts de

(CercleFinance.com) - Le 'risk-off' ressurgit soudain sur les places occidentales (USA comme Europe) ainsi que sur les marchés obligataires où l'on assite à un grand écart Nord/Sud sans précédent depuis 3 ans avec des tensions de 17 à 20Pts de base sur les dettes à '10 ans' portugaises, espagnoles ou italienne tandis que le Bund se détend de 5 à 6Pts de base (au plus bas de l'année 2014).
Il s'est réellement produit un mouvement de vente-panique sur les dettes périphériques ce jeudi, un coup d'arrêt brutal au cycle de course au rendement à tout prix.
Paris accentue ses pertes cet après-midi (-1,2% sous 4.450Pts), dans le sillage d'une ouverture des marchés américains plombée par une production industrielle en berne aux Etats-Unis.

Chez nos voisins, Francfort perd -1,1% et le FTSE de Londres chute de -0,75% tandis qu'à New York, le Dow Jones perd 0,85%, le 'S&P' 0,95% et le Nasdaq -1,15%.
La production industrielle a baissé de 0,6% aux Etats-Unis en avril, alors que le consensus anticipait une stabilité.
De plus, le taux d'utilisation des capacités industrielles a diminué de 0,7 point à 78,6% le mois dernier, s'éloignant ainsi de sa moyenne de long terme.
C'est totalement contradictoire par rapport à l'indice Empire State (qui explose à la hausse de +1,3 vers +19 contre +5 anticipé) au mois de mai.

L'inflation (+0,3% en avril) et l'indice Philly Fed (15,4) se sont en revanche révélés proches des attentes, l'indice Empire State (en hausse à 19) et les inscriptions hebdomadaires au chômage (en baisse de 24.000 à 297.000) ont surpris positivement.

De ce côté de l'Atlantique, la croissance de l'économie française s'est montrée inférieure aux attentes sur les trois premiers mois de l'année, puisque la progression du PIB est restée nulle, alors que le consensus visait une petite progression de +0,1%.

'La faiblesse de l'économie française au début de l'année remet en question la capacité du pays à atteindre son modeste objectif de croissance de 1% pour 2014 et met en lumière le besoin de nouvelles réformes plus en profondeur', commente-t-on chez Markit.

En dépit d'une croissance un peu meilleure que prévue en Allemagne (+0,8% contre +0,7% attendu), la croissance au niveau de la zone euro s'est elle aussi révélée décevante, à +0,2% alors que les économistes attendaient le double.

Sur le CAC40, Air Liquide avance de 0,8% à 106,9 euros et figure parmi les valeurs en tête, aidé par Morgan Stanley qui a réaffirmé sa recommandation 'surpondérer' et revu à la hausse son objectif de cours, de 108 à 120 euros.

Vivendi cède 1% à 18,7 euros, suite à la présentation d'un résultat opérationnel ajusté pourtant en légère hausse organique au premier trimestre, grâce à la bonne performance d'Universal Music Group et de GVT.

Alstom recule de 2,8% à 28,5 euros, alors que le gouvernement a dévoilé un nouveau dispositif de contrôle par l'Etat des investissements étrangers en France, en pleines discussions pour la cession des activités énergétiques du groupe à GE.

Hors CAC, Korian-Medica perd 3,6% à 27,6 euros après la publication, par le groupe de prise en charge de la dépendance, d'un chiffre d'affaires de premier trimestre en ligne avec les attentes et la confirmation de son objectif annuel d'activité.
Après plusieurs séances de sérénité et de volatilité réduite, cette séance de jeudi se caractérise brusquement par un 'grand écart' entre les dettes périphériques (spectaculaire dégradation au Sud) et les dette 'coeur' (avec une nette détente au Nord).

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance