BFM Patrimoine

Livret A: les autres placements sont-ils plus intéressants?

Les différents réseaux proposent des produits similaires

Les différents réseaux proposent des produits similaires - -

Ce jeudi 1er août, le taux du Livret A baisse de 1,75% à 1,25%. D'autres placements peuvent désormais s'avérer au moins aussi attractifs.

Ce jeudi 1er août, pour 63 millions de Français, leur placement préféré va perdre de son attrait. Le taux du Livret A passe en effet de 1,75% à 1,25%.

Un placement nettement moins rémunérateur. En effet, avec un Livret A plein et un taux à 1,25%, les Français gagneront moins de 300 euros par an pour 22.950 euros placés. D'autres placements peuvent être au moins aussi intéressants. Passage en revue.

> Le LDD

Comme le Livret A, le LDD perd aussi de son attrait. En effet, le taux du Livret de développement durable (ex-Codevi) passe à 1,25%. Comme son "grand frère", il est défiscalisé et les versements sont libres. Mais le LDD est limité à 12.000 euros. Comme une personne ne peut pas posséder deux Livret A, l'intérêt du LDD est de compléter le Livret A, en attendant que les taux remontent.

> Le LEP

Plus contraignant que le Livret A ou le LDD, le LEP (Livret d'épargne populaire) est aussi légèrement plus intéressant. Mais ce placement est réservé aux personnes dont le montant de l'impôt sur le revenu ne dépassait pas 769 euros en 2012. Son plafond maximum est de 7.700 euros. Son taux de rémunération est celui du Livret A majoré de 0,5%. Comme les autres livrets, les versements sont libres.

> Le PEL

Placement différent, le PEL (Plan d'épargne logement) conserve un certain attrait. Ce plan est une épargne bloquée qui produit des intérêts et peut permettre d'obtenir un prêt immobilier à un taux privilégié.

Mais à la 15ème année, le PEL est automatiquement transformé en un livret d'épargne classique, avec un taux de rémunération fixé par la banque. Le versement minimum est de 225 euros et les versements doivent atteindre un montant annuel de 540 euros. Le plafond est de 61.200 euros.

Le taux d'intérêt du PEL est fixé à l'ouverture du plan. Ainsi, un PEL ouvert à partir du 1er mars 2011 rapporte un intérêt de 2,5% par an. Pour un plan ouvert à partir du 1er mars 2011, la prime n'est versée que si le titulaire réalise un emprunt d'au moins 5.000 euros grâce à son PEL.

> Le CEL

Comme le PEL, le CEL (Compte épargne logement) est un placement d'épargne en vue d'acquérir un logement. Il permet d'obtenir un prêt immobilier à un taux privilégié. Crédit Agricole note que "plafonné à 15.300 euros, le compte d'épargne logement se distingue du PEL par son fonctionnement : aucune durée minimum ou maximum de détention mais, pour obtenir un crédit, il faut que le CEL ait plus de 18 mois. Le dépôt à l’ouverture est de 300 euros, montant qui est aussi le solde minimum qui doit rester en permanence sur le compte".

Le taux de rémunération du CEL est fixé à partir de celui du livret A : égal au 2/3 du livret A arrondi au quart de point le plus proche.

> Le livret bancaire

Ce compte a l'avantage de laisser ses fonds disponibles à tout moment. De plus, il n'existe légalement aucun plafond, sa durée est illimitée et le solde minimum est de 10 euros. Par ailleurs, une carte de retrait peut être utilisée dans les distributeurs de billets de la banque.

Mais les avantages s'arrêtent là. Tout d'abord, ce livret est imposable. Les intérêts sont soumis aux prélèvements sociaux (15,5%), et imposables au barème de l'impôt sur le revenu. Soit un taux de taxation pouvant aller jusqu'à 58,2%.

De plus, les taux de ces livrets ne cessent de baisser. C'est la banque qui choisit du taux. Mais les établissements se calent en général sur le taux du Livret A. L'un dans l'autre, la rémunération finale est sensiblement la même que celle du Livret A pour la majorité des contribuables.

> Le compte à terme

Le compte à terme permet de placer de l'argent qui est bloqué. Un seul versement est effectué à l'ouverture. Le montant est différent selon la banque. La durée est de un mois minimum. La rémunération est libre et varie d'un établissement bancaire à l'autre.

Il en existe deux sortes : à taux fixe (le taux de rémunération est identique pendant toute la durée du placement) et à taux progressif (le taux de rémunération augmente au fil du temps). Le régime d'imposition est celui des revenus mobiliers.

> Le compte courant rémunéré

Ce compte bancaire a le même fonctionnement qu'un compte courant classique. Mais il permet de bénéficier d'une rémunération des sommes déposées. Les intérêts sont calculés quotidiennement et sont versés sur le compte chaque trimestre.

Le taux d’intérêt est fixé librement par les banques. En mars 2013, selon Panorabanque, les taux de rémunération varient entre 0,25% (Caisse d’Epargne et Allianz) et 1% (Barclays et Monabanq) dès le premier euro. La BPE propose un taux bien plus élevé, 1,50%.

Mais ce compte a des inconvénients. Tout d'abord, les banques peuvent faire des offres avec des taux alléchants, seulement pendant quelques mois. De plus, certaines banques imposent un montant minimum de dépôts. Par ailleurs, les intérêts sont imposables sur le revenu en plus des prélèvements sociaux.

De plus, les banques assortissent ces comptes de conditions. Souvent il faut souscrire un package, ce qui oblige à payer une cotisation pour accéder à des services qui ne servent pas forcément.

Par ailleurs, Barclays, par exemple, demande à ses clients de dépenser 750 euros par mois avec leur carte bancaire. Banque privée européenne oblige les clients à garder 2.000 euros en permanence sur le compte.

> Le livret jeune

Avec la baisse du taux du Livret A, vous avez tout intérêt à ouvrir à votre enfant a tout intérêt à ouvrir un Livret Jeune. Il doit être âgé de 12 à 25 ans. Le montant maximal est de 1.600 euros et les mineurs de plus de 16 ans ont besoin d'une autorisation pour effectuer des retraits. Le taux d'intérêt annuel est librement fixé par les banques, mais il est au moins égal à 1,75 %.

Diane Lacaze