BFM Patrimoine

La splendide villa de Robin Williams passe sous pavillon français

Initialement proposée à 35 millions de dollars, la maison où a vécu l'acteur Robin Williams, disparu tragiquement en 2014, a été cédée à moitié prix à un couple de viticulteurs français.

Initialement proposée à 35 millions de dollars, la maison où a vécu l'acteur Robin Williams, disparu tragiquement en 2014, a été cédée à moitié prix à un couple de viticulteurs français. - Coldwell Bankers

Les propriétaires d'un château réputé dans le bordelais ont mis la main sur l'immense demeure de l'acteur américain, disparu il y a deux ans. Derrière cette acquisition se cache en réalité un projet d'envergure. Et pour le réaliser, il vaut mieux avoir de la bouteille...

La somptueuse propriété californienne de Robin Williams, autour de laquelle la famille de l’acteur américain s'était déchirée après la mort de l'acteur, a fini par être vendue. Et c'est un couple de vignerons français qui en a fait l'acquisition, à prix "cassé". 

Disparu tragiquement en août 2014, le comédien avait construit au début des années 2000 une immense villa dans la Nappa Valley, une région viticole américaine. Douze ans plus tard, elle fut confiée au spécialiste de l’immobilier de luxe Sotheby’s International Realty, en vue de la céder.

Initialement proposée à 35 millions de dollars (32,2 millions d’euros), la demeure fut ensuite retirée du marché avant de réapparaitre avec une décote de 5 millions en avril 2014, quelques mois avant la mort de celui qui s’était notamment illustré dans Will Hunting, lui valant l'Oscar du meilleur acteur.

-
- © Coldwell Bankers

Après le décès de l’humoriste, le prix de la maison a été revu à la baisse à plusieurs reprises, pour s’établir à 22,9 millions de dollars. Mais comme le rapporte le Wall Street Journal, c’est au prix de 18,1 millions qu’elle a finalement été cédée, et pas à n’importe qui.

Les heureux propriétaires? La famille Tesseron. Si ce nom ne vous dit rien, vous avez peut-être eu l’occasion de déguster un de ses millésimes...

Lire la suite sur Lavieimmo.com

Julien Mouret