En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez nos CGU et l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts.
Pour en savoir plus et paramétrer les cookies...
Mis à jour le
Des membres de Daesh saccagent des oeuvres dans le musée de Mossoul, en Irak, sur des images de propagande diffusées fin février 2015.
 

La prise de la ville syrienne de Palmyre, et de sa célèbre cité antique, par les jihadistes de l'Etat islamique, laisse craindre de nouvelles destructions, alors que plusieurs sites historiques ont déjà été massacrés en Irak, et que Daesh a fait du trafic d'oeuvres l'un de ses principaux moyens de financement.

A voir aussi

Votre opinion

Postez un commentaire

2 opinions
  • marco3340
    marco3340     

    Déjà il faudrait que nos coalitions engagées contre l'état Islamique et qui coûtent cher aux budgets publics de chaque pays ne se fassent pas damer le pion en permanence par une poignée d'individus dix fois moins nombreuse et armée qu'elle

    rebroussepoils
    rebroussepoils      (réponse à marco3340)

    Moins nombreux ? certainement pas, et moins armé cela est relatif 1 ils ont beaucoup d'argent pour acheter des armes, et 2 ils ont fait leurs marché dans les réserves Irakienne ! si vous rajouté à ça la motivation, cela en fait un
    adversaire redoutable, ce qui n'a pas échapper nos politiques occidentaux .

  • La comtesse
    La comtesse     

    LA CENSURE VEUT FAIRE TAIRE NOTRE INDIGNATION !
    SAUVONS LES TRESORS DE L' HUMANITE des MAINS DE LA BARBARIE TOTALITAIRE DE L'ETAT ISLAMIQUE §
    Dans la grande tradition coranique, ça continue ! après les bouddhas de Bâmiyân, où il y eut un véritable procès coranique l. Le verdict de la Cour Suprême du tribunal islamique de Kaboul, émis le 26 février 2001 déclarait : "Toutes les statues préislamiques seront abattues. Tous les symboles préislamiques et les idoles comdamnés par le Prophète seront supprimés".
    Alors on assista à un mitrailage du visage, nez et menton. Une véritable exécution avec explosifs placés aux pieds des deux bouddhas.
    C'était la sentence de l'obscurantisme coranique ancestral.
    Les salafistes fascistes littéralistes de l'internationale islamique détruisent les idoles en conformité avec le dogme coranique. La citadelle de Nimroud (Kalkhu) comprend des temples assez importants. Le plus important était le temple de Ninurta, situé au nord-ouest de la citadelle. Il était accompagné d'une ziggurat, construite par Assurnasirpal II et dont les restes s'élèvent encore aujourd'hui à une quarantaine de mètres. Cette divinité était très importante pour de nombreux souverains assyriens, ce qui explique la ferveur de son culte dans ce pays. Le deuxième temple était celui de Nabû (nommé l'Ezida, le "temple pur", comme celui de Borsippa), autre divinité importante en Assyrie. Le "palais sud-est" semble en fait avoir fait partie de cet ensemble.
    Ils ne peuvent, comme pour les Bouddhas de Bamyan, tolérer la représentation des (faux) Dieux, même pas celle d'Allah !
    UN AUTRE PERSONNAGE VOULAIT ALLER PLUS LOIN :
    Murgan Salem al-Gohary demanda la destruction des monuments du plateau de Gizeh en Égypte au nom de l’Islam.
    «Il incombe à tous les musulmans d’appliquer les préceptes de l’islam ordonnant la destruction de ces idoles, comme nous l’avons fait en Afghanistan, en détruisant les statues de bouddha», avait déclaré Murgan Salem al-Gohary, samedi 10 novembre 2012, sur Dream TV. Selon le site d’informations Egypt Independent, le plateau de Gizeh en Egypte est visé par le leader djihadiste, qui a dans la ligne de mire deux principaux vestiges monumentaux: le Sphinx, et la dernière Merveille du monde antique encore existante: la grande pyramide.
    Ces propos avaient été proférés le lendemain d’une immense manifestation qui avait rassemblé, au Caire, des milliers d’islamistes, dont des salafistes et des membres du Gaama Islamiya. Leurs revendications: réclamer l’instauration en Égypte de la «charia».
    Gohary, âgé de cinquante ans, est connu pour son apologie de la violence en Égypte, toujours selonEgypt Independent. Il a été condamné à deux reprises, dont une peine étant l’emprisonnement à vie, lorsque Hosni Moubarak était président. Il a ensuite fui le pays pour l’Afghanistan. En 2007, il s’est rendu au Pakistan, puis en Syrie qui, ensuite, l’a remis à l’Égypte. Après la chute de Moubarak, début 2011, il avait été libéré de prison par une décision judiciaire.
    COURAGE, Y' A DU BOULOT POUR CENT ANS !!! Mais la connerie est éternelle, hélas !
    C
    E
    N
    S
    U
    R
    E.........................L I B E R T I C I D E

    C
    E
    N
    S
    U
    R
    E

Votre réponse
Postez un commentaire