BFM Tech

Intel crée des avatars numériques pour la Royal Shakespeare Company

La pièce "La Tempête" de Shakespeare montée avec les effets spéciaux d'Intel.

La pièce "La Tempête" de Shakespeare montée avec les effets spéciaux d'Intel. - Intel

Grâce à des capteurs et des projecteurs, les images des comédiens sont projetées en 3D et en temps réel sur la scène. Une petite révolution théâtrale inaugurée avec la pièce La Tempête de Shakespeare.

"La Royal Shakespeare Company présente en collaboration avec Intel : La Tempête de William Shakespeare". L’affiche a dû laisser interloqués les habitués de la prestigieuse troupe britannique. Que vient donc faire Intel dans du théâtre classique ? Renouveler les effets spéciaux ! Depuis deux ans, le fabriquant de microprocesseurs collabore avec la vénérable institution pour réussir à créer un avatar du personnage d’Ariel à partir d’une captation en temps réel des mouvements du comédien qui l’interprète. Opération réussie depuis que les représentations ont commencé ce 17 novembre.

Voici un extrait du spectacle :

Prospero face à Ariel.
Prospero face à Ariel. © Intel

De la motion capture, comme au cinéma

Fées, fantômes, monstres, tout le théâtre de Shakespeare baigne dans le fantastique et le surnaturel. Son œuvre se prête donc particulièrement bien aux effets spéciaux. A commencer par La Tempête, formidable pièce dont le personnage principal Prospero use de ses pouvoirs magiques pour se venger de son frère et manipule pour cela Ariel, un esprit de l’air et du souffle de vie. Rien n’indique dans le texte que ce dernier prend une apparence humaine. Le metteur en scène Gregory Doran en a donc profité pour le rendre protéiforme. "Caché sur scène, le comédien Mark Quartley porte un costume bardé de capteurs exactement comme sur le tournage d’un film en motion capture", nous explique Mikael Moreau, chargé des relations publiques d’Intel en France. Cette technique permet de capturer les mouvements d'une personne bardée de capteurs et de les reconstituer ensuite sur un modèle virtuel.

The Imaginarium Studios, la société créée en 2011 par Andy Serkis -qui a notamment interprété le Gollum dans le Seigneur des Anneaux- s’est chargée de mettre en place la technologie de captation des mouvements. Et Intel a rendu possible le fait de projeter les avatars en temps réel.

Le comédien qui interprète Ariel.
Le comédien qui interprète Ariel. © Intel

"Son image est projetée telle quelle sous la forme d’un avatar, dans des dimensions qui peuvent être gigantesques... ou sous une autre apparence, comme celle d’un oiseau ou d’une harpie, par exemple", précise Mikael Moreau. L'avantage de faire cela en direct, par rapport à des images pré-enregistrées, est que le comédien qui joue Ariel peut réagir en fonction de ce qui se passe sur les planches, de façon différente chaque soir.

La motion capture est utilisée comme au cinéma mais en temps réel.
La motion capture est utilisée comme au cinéma mais en temps réel. © Intel

Derrière le rideau, c'est évidemment des technologies Intel qui animent cet hologramme : elles contrôlent les 27 projecteurs qui affichent l'avatar sur scène en live. Chaque forme ainsi créée comporte 336 articulations, ce qui nécessite de recréer tous les mouvements du corps humain. Une petite prouesse technologique. Mais pour le moment, Intel n'envisage pas de renouveler l'expérience avec un autre spectacle.