BFM Business

Du tissu cardiaque imprimé en 3D pour se passer des tests sur les animaux

-

- - Capture vidéo Harvard University

Imprimer en 3D un coeur incluant une puce capable de récupérer des données aussi bien que le véritable organe. Voilà la prouesse réalisée par ces chercheurs.

Des chercheurs de l’université de Harvard aux Etats-Unis ont annoncé avoir créé le premier "cœur imprimé en 3D" avec une puce embarquée capable de collecter des données fiables sur la manière dont un cœur bat.

En fait, il ne s’agit pas exactement de la reproduction d’un cœur tel qu’on l’imagine, mais plus de celle d’un tissu cardiaque. Celui-ci est conçu dans un polymère transparent pour que les chercheurs puissent examiner la façon dont l’organe fonctionne. Le procédé d’impression comporte six encres personnalisées à une résolution micrométrique et des capteurs sont intégrés pour mesurer les contractions du muscle. Ceux-ci permettent d’étudier, par exemple, les réactions du tissu cardiaque à des toxines ou des médicaments.

Ce "cœur" synthétique n’est donc pas conçu pour remplacer un cœur humain défaillant, mais pour être utilisé dans des recherches sans avoir à passer par des prélèvements ou des tests sur des animaux.

"Les chercheurs travaillaient souvent en aveugle dès qu’il s’agissait du tissu cardiaque, car il n’existait pas de moyen facile et non invasif de mesurer ses performances", a expliqué Johan Ulrik Lind, l’un des auteurs de cette recherche. "Cette nouvelle approche ouvre de nouvelles perspectives pour des recherches in vitro", a ajouté Kit Parker, coauteur de la recherche.

Elle pourra permettre un jour à des scientifiques de concevoir plus rapidement des "organes sur puce", aussi appelés systèmes microphysiologiques, et les aider à collecter plus facilement des données. Enfin reste que pour l’instant, créer de tels organes coûte cher et nécessite du matériel de haute précision dans des laboratoires stériles.

A ce jour, de tels systèmes ont été utilisés pour reproduire la conception et les fonctions des poumons, de la langue, des intestins et maintenant du coeur.