BFM Business

Renault intègre Google dans ses voitures et cela désespère le patron de Qwant

-

- - AFP

Eric Léandri, le patron du moteur de recherche français Qwant, vient d'annoncer qu'il ne se rendra pas au Salon de l'auto à cause de l'accord passé la semaine passée entre Renault et Google.

"On devait faire le mondial de l'auto sur lequel j'avais un grand stand avec quatre voitures Renault. Je viens d'annuler mon stand pour ne pas passer pour un abruti." Petit coup de gueule ce matin sur BFMBusiness d'Eric Léandri le patron du moteur de recherche Qwant. La firme française devait présenter ses solutions Qwant Car mais a finalement décidé d'y renoncer. Car entre temps, Renault a annoncé un accord avec son concurrent Google.

Cartographie avec Google Maps, contacts téléphoniques, musique avec Google Music ou le petit dernier Youtube Music en passant par les mails ou l'OS Android... A l'avenir Google pourrait bien être partout dans votre voiture.

Une annonce qui a surpris tout le milieu automobile et qui a particulièrement agacé Eric Léandri qui déplore que le constructeur n'ait pas joué la carte nationale ou au moins européenne. Car Qwant aussi tente de s'imposer dans l'automobile. 

Une offre qui n'a semble-t-il pas intéressé le groupe de Carlos Ghosn. "Nous étions passés voir Renault mais la Silicon Valley leur a mis des étoiles plein les yeux et ils ont complètement basculé chez Google, explique Eric Léandri. C'est dommage, car en Allemagne c'est différent. Tous les constructeurs se sont réunis pour racheter Here par exemple le service de cartographie de Nokia. Ils ont préféré jouer la carte de l'indépendance."

Ce que n'a pas fait Renault qui aurait choisi selon le patron de Qwant la solution de facilité sans penser au lendemain. "Si j'étais constructeur, je ne donnerais pas mes données à une société qui va les exploiter, assure-t-il, car au final ce qui risque de leur arriver c'est ce qui est arrivé à IBM avec Microsoft. IBM a perdu le cerveau de l'ordinateur en confiant son OS à Microsoft. Il peut se passer la même chose avec Renault."

Eric Léandri fait référence ici à la voiture intelligente. Demain, les voitures bourrées de capteurs seront capables de recueillir les données du conducteur. La façon dont il conduit, s'il passe régulièrement au feu orange, quand il va chez Ikea, s'il écoute la musique très fort dans la voiture... Autant de données qui pourraient être utilisées par le constructeur mais qui risquent de lui échapper si ce dernier confie le cerveau de la machine à une société technologique. 

Quand Google remplacera l'assurance

"Ces données vont tout simplement servir à enrichir un écosystème américain, car il ne faut pas faire d'angélisme et penser qu'elles resteront chez Renault. Exploiter les données et les revendre, c'est le business model de Google!", explique le patron de Qwant. 

Si Renault risque de perdre le contrôle, c'est aussi le cas du conducteur pense Eric Léandri. Outre les sollicitations publicitaires attendues (vous passez à un côté d'un magasin Zara et recevez une promotion), la "googlisation" de la voiture pourrait être encore plus intrusive. "Le système pourra par exemple juger de votre niveau de conduite, savoir si vous respectez bien les stops et les limitations de vitesse et revendre tout ça à des compagnies d'assurance qui pourront moduler votre prime en fonction, imagine Eric Léandri. Et d'ailleurs l'étape suivante ce sera directement de se passer d'assurance, Google pourra vous en proposer directement une parce que c'est lui qui possédera la donnée."

Mais quelle pourrait être l'alternative? "Déjà il faudrait mixer les services pour ne pas tout confier à une seule société et jouer la carte européenne comme le font les Allemands, détaille Eric Léandri. Car si on veut avoir des constructeurs automobiles mondiaux, puissants et indépendants, ce n'est pas en cédant aux sirènes de Google qu'on les aura."

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco