BFM Tech

Ces chercheurs ont trouvé un moyen de lutter contre le mal de la réalité virtuelle

En masquant ponctuellement certaines portions de l’affichage, les casques de réalité virtuelle limitent la sensation de nausée.

Les casques de réalité virtuelle (VR) ont le vent en poupe. Plutôt destinés pour l'instant aux jeux vidéo, ils permettent également de se plonger dans des mondes virtuels juste pour le plaisir de s'y immerger. Malgré leurs efforts, pour améliorer la qualité et la fluidité de l’image les constructeurs de casque sont confrontés à un problème persistant : les utilisateurs ressentent au bout d’un moment un phénomène proche du mal de mer, le mal de réalité virtuelle

Les constructeurs de casques VR ont donc un double challenge : ils doivent proposer des modèles abordables et surtout résoudre ce problème de « mal des transports ». Cette sensation est principalement due à la différence entre ce qu’on voit et ce qu’on ressent, en particulier lors de déplacements virtuels alors qu'on reste physiquement immobile. Dans de telle situation, ce mal de la VR peut même survenir en quelques minutes seulement.

Des solutions à ce problème sont en train d’être développées mais si les pistes sont nombreuses aucune n'est encore totalement satisfaisantes. Selon le site Digital Trends, des chercheurs de l’université de Columbia ont toutefois découvert que modifier le champ de vision de l’utilisateur pouvait réduire considérablement la sensation désagréable qu'il ressent.

L’étude menée par Ajoy Fernandes et Steven Feiner a consisté en deux sessions de tests sur plusieurs jours avec 30 participants. Placée sur une chaise, chaque personne a parcouru le même trajet dans le même environnement virtuel, mais avec des modifications subtiles de son champ de vision (réduction de l’affichage ou masquage de certaines zones).

Les résultats obtenus démontrent qu’il est possible de limiter la sensation de nausée en appliquant une stratégie de réduction du champ de vision. Ainsi, l'affichage est masqué ou altéré à des endroits précis, à des moments bien définis. Après de nombreux essais et ajustements, les chercheurs auraient trouvé le juste équilibre qui réduit la sensation de mal de la VR. Des tests qui ont permis de déterminer l'ampleur des modifications à apporter et à quels moments elles devaient l'être. Des précautions qui répondent à une vraie crainte. La réalité virtuelle ne vaut que pour son immersion, altérer l'affichage n'est donc pas sans risque. Il semble que les chercheurs de l'université de Columbia aient trouvé le moyen de modifier discrètement l'affichage de manière "subtile".

Le résultat semble en tout cas probant.Cette réduction aide les utilisateurs à s’adapter à la réalité virtuelle sans que cela ne nuise à leur expérience et à leur plaisir, à condition de ne pas l’appliquer n’importe comment et de trouver le bon compromis.