BFM Business

Facebook l'avoue: son écran Portal collectera bien vos données

-

- - Facebook

Sur l'écran connecté de Facebook nommé Portal, il n'y aura pas de publicité. Par contre, les données d'appel et d'utilisation d'application seront utilisées pour du ciblage publicitaire, contrairement à ce qui avait été annoncé dans un premier temps.

La semaine dernière, Facebook dévoilait un écran connecté nommé Portal, à installer dans sa maison. Le réseau social, accusé depuis le scandale Cambridge Analytica de ne pas gérer correctement les données personnelles de ses utilisateurs, avait immédiatement tenu à rassurer.

"Aucune donnée collectée via Portal, y compris les données d’appel ou d’utilisation des applications comme ce que vous écoutez sur Spotify, ne sera utilisée pour du ciblage publicitaire Facebook", confiait le réseau social au média spécialisé Recode.

Portal récolte les données 

Mais il s’avère que c’est plus compliqué que cela. Facebook a donc précisé ses dires. Le réseau social a confirmé à Recode qu’il n’y aura aucune publicité sur Portal. Par contre, les données d’appel (durée, fréquence) et d’utilisation des applications sur Portal pourront bien être utilisées pour du ciblage publicitaire sur Facebook et sur d’autres services du groupe. Comme sur Instagram par exemple.

Pour les appels passés depuis Portal, il n'y a rien de surprenant. En effet, la communication fonctionne grâce à Messenger, le système de messagerie instantanée créé par le réseau social.

"Ainsi, lorsque vous passez un appel vidéo sur Portal, nous collectons le même type d’informations (…) que nous collectons sur d’autres appareils sur lesquels vous utilisez Messenger", explique un porte-parole à Recode.

Les utilisateurs Facebook en crise de confiance 

Cette déclaration n'est pas étonnante car le modèle économique de Facebook repose en grande partie sur le ciblage publicitaire. Mais la collecte et la gestion des données personnelles des utilisateurs de Facebook est un sujet très sensible. Tout a commencé en mars avec le scandale Cambridge Analytica. Cette entreprise britannique a profité d'une faille de sécurité pour récolter illégalement les données de 87 millions d'utilisateurs. Mais rien ne s'arrange pour Facebook. Fin septembre, le réseau social a révélé avoir découvert une nouvelle faille qui a touché 29 millions de comptes. 

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech