BFM Immo

Les acteurs de l'immobilier partagés sur l'encadrement des loyers

L'encadrement des loyers ne fait pas l'unanimité

L'encadrement des loyers ne fait pas l'unanimité - dr

La mesure va-t-elle « figer » le marché, comme le craint Foncia ? Ou au contraire s'avérer bénéfique comme l'anticipe Guy Hoquet ?

Les réactions à la mise en place de l'encadrement des loyers, qui arrive 1er août à Paris, ne se sont pas fait attendre. Foncia, l'un des premiers à communiquer à ce sujet, fait partie de ceux qui mâchent le moins leurs mots : le géant de l'immobilier exprime ainsi « son désaccord avec ce dispositif qui n’aura pour seul conséquence que de figer le marché de la location et donc in fine de nuire aux personnes en recherche d’un logement ».

Cette mesure qui fixe un loyer de référence, que les bailleurs ne pourront pas dépasser de 20 % sauf exceptions, est d'après le réseau « le meilleur moyen de contribuer à la poursuite de la dégradation du parc locatif alors qu’il est urgent d’investir dans son entretien ». De son côté, Jean-François Buet, président de la Fnaim, estimait fin mai que « l'encadrement des loyers n'aboutira pas à l'effet escompté : faciliter le logement du plus grand nombre ».

Mais si la mesure « risque de décourager les investisseurs, convient le réseau Guy Hoquet L'immobilier, elle aura le mérite d’apporter un soutien à l’accès au logement des jeunes, de préserver leur pouvoir d’achat et de favoriser la mobilité locative d'après le réseau ».

Un son de cloche que l'on partage évidemment, côté locataires : la CLCV loue pour sa part une « mesure phare » de la loi Alur portée par l'ex-ministre du Logement Cécile Duflot, qui « vient enfin de se mettre en place ». Et même si le texte arrive tardivement – il est annoncé depuis plus de deux ans - « nous ne pouvons qu’être satisfaits du contenu » de celui-ci, se félicite l'association de consommateurs.

Retrouvez les prix au m² ville par ville, partout en France >>

André Figeard