BFM Immo

Comment investir en immobilier avec un budget de 100.000, de 200.000 ou de 500.000 euros

Trois types d'investissements différents

Trois types d'investissements différents - Gerard Julien - AFP

Une étude de Vousfinancer et Gridky compare trois types d'investissements différents pour 3 budgets différents.

On n'investit pas de la même manière en fonction de son budget. Une étude du courtier Vousfinancer et du comparateur en immobilier neuf Gridky explique en fonction du montant investi quel type d'investissement immobilier paraît le plus adapté. 3 budgets différents pour 3 types d'investissement.

La première possibilité est un investissement de 100.000 euros. Un ticket d'entrée relativement faible pour lequel l'étude préconise la résidence gérée. Pour pouvoir emprunter cette somme et trouver un certain équilibre, il faut au moins 1.340 euros de salaire net par mois. Les avantages de ce type d'investissement sont qu'il n'y a pas besoin de se soucier de la gestion locative. Il suffit de signer un bail commercial d'au moins 9 ans avec un gestionnaire et il s'engagera à verser les loyers. Vousfinancer et Gridky parlent d'un très bon complément de revenus avec pas ou très peu de fiscalités sur les revenus locatifs perçus. Attention tout de même à bien s'assurer de la solidité du gestionnaire et de sa capacité à honorer ses engagements en matière de loyers versés.

>> Partenariat BFM : découvrez les raisons d'investir dans les SCPI de rendement Corum

Du Pinel ou du Malraux

La deuxième possibilité est un investissement de 200.000 euros. Pour cela, il faut compter au moins 2.680 euros de salaire net par mois. Avec un tel budget, c'est le Pinel qui paraît le plus approprié. Le premier des avantages est d'ordre fiscal. Plus l'engagement est long plus la ristourne fiscale est importante. Exemple : pour un engagement de 12 ans sur un bien à 200.000 euros, on peut obtenir jusqu'à 42.000 euros de réduction d'impôt. Attention à bien choisir l'emplacement, là où les tensions locatives restent fortes. Il faut assurer la rentabilité de l'investissement, et ne pas compromettre les perspectives de plus-values à long terme.

>> Téléchargez le guide Loi Pinel de la rédaction de BFM Immo

Pour ceux qui ont un plus gros budget, par exemple 500.000 euros à investir, l'étude préconise d'investir dans un bien ancien nécessitant des travaux plutôt importants. L'idée est de bénéficier de la loi Malraux. Là aussi l'avantage est surtout fiscal. On peut obtenir jusqu'à 30% du montant total des travaux dans la limite de 400.000 euros. Pour faire simple, un investissement à 500.000 euros dont 300.000 de travaux, vous pourrez obtenir jusqu'à 90.000 euros de réduction d'impôt étalée sur 4 ans. L'autre avantage du Malraux, c'est évidemment de se constituer un patrimoine de valeur quasi certaine.

Si ces exemples n'auraient pas suffi à vous convaincre d'investir, sachez que les conditions d'emprunt pour les investisseurs sont un peu meilleures qu'elles ne l'ont été. D'abord sur le taux d'endettement maximal, Vousfinancer nous dit que pour les très beaux profils, il n'est plus rare que les banques aillent jusqu'à 38 ou 39% d'endettement. Bonne nouvelle aussi sur l'apport personnel, 3 à 5% peuvent suffire. A condition quand même que l'investisseur ait malgré tout de l'épargne, même s'il ne l'intègre pas réellement au projet.

Par Marie Coeurderoy

BFM Immo