BFM Immo

Ces résidences HLM spécialement adaptées aux seniors

Quand les résidences HLM s'adaptent au vieillissement

Quand les résidences HLM s'adaptent au vieillissement - Pixabay

Certaines résidences HLM ont fait le pari de s'adapter aux plus âgés. Un moyen de mélanger les générations.

"Ici, on est mélangés avec des jeunes, c'est important pour ne pas s'encroûter!": à 71 ans, Fadila vit dans une résidence HLM un peu particulière: tous les logements y sont adaptés aux seniors, mais plusieurs générations s'y côtoient, y compris dans des moments de convivialité organisés par une animatrice. Dans cet immeuble de 85 logements, inauguré en 2018 à Vauréal près de Cergy-Pontoise (Val-d'Oise), son F3 de 72 m2 ne coûte à la septuagénaire que 380 euros par mois, bien loin des loyers parfois prohibitifs pratiqués par certains promoteurs privés dans les quelque 900 "résidences seniors" de France.

>> Partenariat BFM Immo : profitez des aides de l’Etat pour financer la rénovation énergétique de votre maison avec Hellio

Ce projet immobilier, la résidence "Mary Poppins", a pourtant été conçu par un opérateur privé, les "Maisons de Marianne", mais en coopération avec l'office HLM local: celui-ci a acquis les murs et choisi les locataires, dont il encaisse les loyers. Et il rémunère l'opérateur pour que celui-ci déploie sur place des animations et développe ainsi un esprit solidaire entre les habitants.

En ce mardi après-midi d'été, la salle commune de l'immeuble accueille ainsi une vingtaine de résidents - surtout des seniors, mais aussi les petits-enfants de l'une d'elles - pour une activité "loto". L'idée est de "créer du lien sur le long terme, de faire en sorte que les gens se connaissent" et qu'ils puissent s'entraider plus facilement, explique Christel Brunet, l'animatrice, qui partage son temps entre quatre résidences de ce type. "Récemment, une dame âgée qui s'était cassé la jambe a ainsi pu facilement trouver quelqu'un pour sortir son chien", développe-t-elle. "Ici il y a toujours quelqu'un pour vous aider", confirme Chantal Jankowski, 74 ans, qui a "anticipé" les difficultés liées au vieillissement et quitté sa petite maison à l'escalier trop raide pour emménager dans cet immeuble plus fonctionnel, où les douches sont munies de sol antidérapants et où les portes extérieures s'ouvrent automatiquement.

Répondre à des besoins croissants

Ce type de résidences répond à un besoin croissant, dans une société vieillissante où l'immense majorité des seniors souhaite rester le plus longtemps possible "chez soi", souligne Raphaëlle Gilaber, directrice générale des Maisons de Marianne, qui gère une trentaine d'immeubles HLM accueillant plus de 4.000 résidents. Dans ce modèle, les services supplémentaires - comme le portage des repas ou l'intervention d'une aide à domicile - ne sont pas directement fournis ni facturés par la résidence, mais l'animatrice peut faire le lien et faciliter les démarches. À côté des Maisons de Marianne, d'autres opérateurs privés ont également créé des partenariats plus ou moins similaires avec des offices HLM. Et les bailleurs sociaux eux-mêmes "sont mobilisés de longue date" face à cette problématique, assure Magali Vallet, de l'Union sociale pour l'habitat (USH).

Pour répondre aux besoins des "plus modestes qui ne peuvent pas se payer une résidence senior" privée, mais aussi pour faire face au vieillissement des locataires "qu'il faut continuer à accompagner", le parc HLM fait régulièrement l'objet de travaux de rénovation ou d'adaptation - par exemple, la baignoire est remplacée par une douche. Ou bien les bailleurs conçoivent des résidences neuves directement adaptées au vieillissement, souligne Magali Vallet. Pour faciliter ce type d'innovation, une évolution du droit serait cependant nécessaire, observe-t-elle, car pour l'heure la prise en compte d'un critère d'âge dans l'attribution des logements HLM reste soumise à une autorisation dérogatoire du préfet.

Les résidences HLM "solidaires" et "intergénérationnelles" ne sont en tout cas guère plus coûteuses à construire que les immeubles HLM classiques, souligne la directrice des "Maisons de Marianne". Par ailleurs, la présence d'une animatrice a certes un coût pour le bailleur, qu'il ne peut pas répercuter aux locataires, détaille-t-elle. Mais à l'inverse, le bâtiment est moins cher à entretenir, car on y déplore moins de vandalisme et de dégradation: "ici, les locataires se connaissent, et quand on se connaît mieux, on se respecte davantage", se félicite Raphaëlle Gilaber.

Avec AFP

D. L.