BFM Patrimoine

Vivendi: SFR pèse sur les résultats du premier semestre

BFM Patrimoine

PARIS (Dow Jones)--Pénalisé par sa filiale SFR, soumise à une forte pression concurrentielle, le groupe de télécommunications et de médias Vivendi (VIV.FR) a publié jeudi des résultats en baisse au titre d'un premier semestre clé pour son pl

PARIS (Dow Jones)--Pénalisé par sa filiale SFR, soumise à une forte pression concurrentielle, le groupe de télécommunications et de médias Vivendi (VIV.FR) a publié jeudi des résultats en baisse au titre d'un premier semestre clé pour son plan de transformation.

Face à un contexte économique qualifié de difficile, "les activités médias du groupe résistent correctement, enregistrant les premiers effets positifs des acquisitions et des relais de croissance mis en place", a toutefois estimé le président du directoire, Jean-François Dubos. "Les priorités du groupe restent la finalisation des transactions annoncées, la génération de cash flow, la poursuite de l'adaptation de SFR aux nouvelles conditions de marché et l'obtention de synergies liées aux acquisitions", a-t-il ajouté.

Le résultat net ajusté du conglomérat a reculé de 25% au cours du semestre écoulé, à 845 millions d'euros, en raison de la baisse des résultats de SFR dans un marché français de la téléphonie mobile très concurrentiel depuis l'arrivée de Free Mobile.

Ce résultat ajusté ne comprend pas les bénéfices des activités "cédées ou en cours de cession", Activision Blizzard (ATVI) et Maroc Telecom (IAM.CL). Au total, le résultat net s'est replié à 1,04 milliard d'euros au premier semestre, contre 1,17 milliard d'euros un an auparavant.

Le résultat opérationnel ajusté a quant à lui reculé de 27% sur la période, à 1,39 milliard d'euros, alors que l'opérateur télécoms SFR a vu ses revenus diminuer de 11% et son résultat opérationnel ajusté chuter de 37% sur la période.

Le chiffre d'affaires des quatre sociétés consolidées par Vivendi (Universal Music Group, GVT, SFR et Canal+) s'inscrit en baisse de 1,5% à 10,84 milliards d'euros sur le semestre.

Le groupe a accéléré ces dernières semaines la mise en oeuvre de son plan de réorganisation en dévoilant un projet de cession de l'essentiel de sa participation dans l'éditeur de jeux vidéo Activision Blizzard pour 8,2 milliards de dollars, soit 6,2 milliards d'euros environ, afin de réduire son endettement et de gagner une nouvelle marge de manoeuvre financière. Il a également lancé une étude interne sur une éventuelle scission de SFR, sa plus importante division de télécommunications.

Vivendi, qui détenait 61,1% d'Activision, prévoit de conserver 12% du capital.

Fin juillet, le conglomérat est également entré en négociations exclusives avec Emirates Telecommunications (ETISALAT.AD), ou Etisalat, pour la cession de sa participation de 53% dans Maroc Telecom.

Au terme de ce processus de cessions, le périmètre de Vivendi pourrait au final se limiter à Universal Music Group (UMG) et Canal+, avait déclaré fin juillet son directeur financier, Philippe Capron.

-Thomas Varela, Dow Jones Newswires; +33 (0)1 40 17 17 75; thomas.varela@wsj.com

(END) Dow Jones Newswires

August 29, 2013 02:23 ET (06:23 GMT)

© 2013 Dow Jones & Company, Inc.

Dow Jones Newswires -IDSS2-