BFM Patrimoine

Paris: en hausse mais gare à la tension des taux OAT à 1,19%

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris a connu 3 heures d'euphorie, entre 12H et 15H: le CAC40 passant de l'équilibre à une envolée vers 5.088Pts (contre 4.991 vers 11H), dans l'anticipation d'un message rassurant de la part de Mario Draghi (pre

(CercleFinance.com) - La Bourse de Paris a connu 3 heures d'euphorie, entre 12H et 15H: le CAC40 passant de l'équilibre à une envolée vers 5.088Pts (contre 4.991 vers 11H), dans l'anticipation d'un message rassurant de la part de Mario Draghi (pressé de questions concernant l'avancée des négociations sur le refinancement de la Grèce).

Mais le patron de la BCE n'a fait aucun commentaire sur la Grèce et a même précisé qu'il ne participait pas aux négociations.
Le CAC40 a effacé plus de 50Pts de hausse au cours des 2 dernières heures de cotations, rétrogradant de 5.088 vers 5.034Pts au final.

Les indices US qui affichaient une hausse de +0,7% en moyenne vers 16H ont effacé la moitié des gains à partir de 17H et ils ne gagnent plus que 0,15% à 0,35% vers 19H.
Ceci explique en partie pourquoi l'Euro-Stoxx50 a rétrogradé de 3.620 vers 3.584Pts (+0,6%)... mais la hausse de +1% de l'Euro qui tutoie les 1,13 face au Dollar pourrait participer au désalignement des planètes qui ne serait pas favorable aux exportateurs de l'Eurozone.

Les indices de l'Eurozone ont par ailleurs résisté à une sévère dégringolade des marchés obligataires -et à une tension symétrique des rendements- qui devrait légitimement alerter les opérateurs: les OAT passent de 1,01 à 1,188% (record annuel de rendement), les 'Bunds' se dégradent de 17Pts à 0,897%.

Des commentateurs évoquent l'espoir d'avancées significatives dans le dossier grec: elles ont été évoquées par François Hollande ('nous sommes à quelques jours, voir quelques heures d'un règlement')... mais si tel était le cas, pourquoi survient cette une telle débâcle des marchés obligataires ?

Le catalyseur pourrait être la confirmation d'une croissance à +1,5% d'ici la fin de l'année, puis la révision à la hausse des objectifs d'inflation dans l'Eurozone en 2015 (objectifs inchangés sur 2016 et 2017, à +1,5% et +1,8% respectivement).
Mais très concrètement, la BCE entrevoit une hausse de prix de +0,3% en 2015 contre +0,2% initialement: cela ne préfigure pas un basculement d'ampleur considérable !

Sans surprise, la Banque centrale européenne (BCE) a une nouvelle fois maintenu ses taux directeurs inchangés mercredi, à l'issue de la réunion de son conseil des gouverneurs.

Son taux d'intérêt des opérations principales de refinancement demeure ainsi à 0,05%, celui de la facilité de prêt marginal à 0,30% et celui de la facilité de dépôt à -0,20%.

Aux Etats-Unis, Le déficit commercial américain s'est fortement contracté en avril, selon le Département du Commerce : il est en effet ressorti à 40,9 milliards de dollars, après 50,6 milliards le mois précédent (chiffre révisé de 51,4 milliards en estimation initiale).

Le secteur privé aux Etats-Unis a créé 201.000 emplois en mai, un chiffre parfaitement conforme aux attentes, d'après l'enquête mensuelle du cabinet spécialisé ADP.
La 'bonne surprise' provient du ralentissement de la croissance du secteur des services aux Etats-Unis selon l'enquête mensuelle de l'Institut for Supply Management: l'indice ISM non-manufacturier a chuté de -2Pts, à 55,7 contre 57,8 en avril, alors que les analystes l'attendaient autour de 57.

Du coté des valeurs à Paris, le CAC40 est tiré à la hausse par BNP-Paribas (+2,2%), Sanofi (+1,6%), Sté Générale (+1,3%)... et Alstom a failli finir leader du CAC40 avec +2,2%.
Euronext grimpe de 2,3% après avoir dévoilé ses volumes d'activité pour le mois de mai, faisant notamment apparaître une activité particulièrement dynamique sur le front des fonds indiciels ETF.

Suez Environnement progresse de 1,3% après avoir annoncé hier soir la conclusion d'un accord d'investissement avec ses partenaires chinois NWS Holding et CWA.

Elior s'adjuge 3% alors que Credit Suisse réaffirme son opinion 'surperformance' sur le titre tout en rehaussant son objectif de cours de 18 à 19,4 euros.

Bryan Garnier réaffirme sa recommandation 'achat' et sa valeur intrinsèque de 53 euros sur Accor, à l'occasion de son changement de nom en AccorHotels, un changement qu'il 'juge plus significatif qu'il n'y paraît'.

Nomura revient sur le dossier Pernod Ricard (-0,9%) après que le groupe ait organisé, hier, une journée investisseurs sanctionnée par une baisse de l'action de près de 5%. Pour les analystes, cette baisse n'est pas justifiée. Ils confirment donc leur conseil d'achat sur le titre, tout en ajustant leur objectif de cours de 130 à 125 euros.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance