BFM Patrimoine

Les craintes sur le dividende de BNP Paribas se dissipent

Les résultat du deuxième trimestre 2016 de BNP Paribas ont dépassé les attentes.

Les résultat du deuxième trimestre 2016 de BNP Paribas ont dépassé les attentes. - BFM Business

Les résultats trimestriels de BNP Paribas ont été timidement accueillis par les investisseurs, malgré une solide performance.

Alors qu’elle était bien orientée en début de séance, l’action BNP Paribas a ensuite basculé ce jeudi 28 juillet dans le rouge pour finalement terminer la journée en repli de 1,48%. Pourtant, les résultats du deuxième trimestre 2016 du géant français de la banque ont dépassé les attentes.

Le bénéfice net a progressé de 0,2% pour s’établir à 2,56 milliards d’euros, nettement au-dessus des 2,1 milliards d’euros estimés par le consensus d’analystes. De même, le résultat d’exploitation des unités opérationnelles (3,09 milliards d'euros, contre 2,83 milliards d’euros prévus) et l'ensemble des revenus (produit net bancaire de 11,33 milliards d’euros, contre 10,87 milliards d’euros) excèdent les anticipations.

Le coût du risque en baisse

"La performance opérationnelle a été tirée par le pôle CIB" (pour corporate and institutional banking, l’activité de banque de financement et d’investissement), notent les analystes d’Oddo Securities. Le broker, qui maintient sa recommandation d’ "Achat" et son objectif de 62,5 euros sur BNP Paribas, évoque aussi des "risques inférieurs aux attentes".

Le coût du risque a diminué en effet de 12,4% par rapport au deuxième trimestre 2015, du fait notamment de l’environnement de taux bas et de la poursuite de l’amélioration en Italie. Il s’établit à 791 millions d’euros (903 millions d’euros au deuxième trimestre 2015) soit 45 points de base des encours de crédit à la clientèle.

Le dividende conforté

Quant à la solvabilité, mesurée par le ratio "common equity Tier 1" de Bâle 3, elle s’élève à 11,1%, en hausse de 10 points de base par rapport au 31 mars 2016. C’est inférieur à l’objectif de 11,5% assigné par la Banque Centrale Européenne (BCE) à l’issue de son exercice de revue et d'évaluation (SREP) mené en 2015.

Pour autant, "l’assouplissement de la position de la BCE sur les SREP" font que "que les craintes sur le dividende de BNP Paribas sont largement dissipées", conclut Oddo.

François Berthon