BFM Patrimoine

CAC40: gain mensuel +5,6%, mouvement perpétuel à la hausse.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le CAC40 (+0,65% à 4.862Pts) a repris de l'altitude en fin de cession, de rapprochant à moins de 0,3% de ses records du début de la matinée (4.876Pts). Rien n'enraye la hausse des marchés (les places européennes prennent +

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (+0,65% à 4.862Pts) a repris de l'altitude en fin de cession, de rapprochant à moins de 0,3% de ses records du début de la matinée (4.876Pts).

Rien n'enraye la hausse des marchés (les places européennes prennent +0,85% et l'E-Stoxx50 grimpe vers 3.520Pts, le DAX30 a battu un nouveau record absolu à 11.131, l'Ibex35 a testé les 11.000) qui considèrent que la Grèce se pliera aux exigences du front uni des pays européens (dans le sillage de l'Allemagne) en matière de réformes, ce qui signifie que Syriza mettra moins d'un mois pour enterrer ses promesses électorales au nom de la 'réalpolitik': fin de la récréation pour Tsipras et Varoufakis.

Wall Street revient déjà à l'équilibre au bout de 2 heures et demi de cotations, nullement affecté par la chute de -4,9E des reventes de logements anciens aux Etats Unis (à 4,82 millions contre 5 millions anticipé): le Dow Jones s'effrite encore de -0,15% mais le Nasdaq bat déjà un nouveau record à 4.959Pts et le 'S&P' revient à 1 point de son record historique absolu (toujours rassuré par l'annonce d'un accord de principe entre la Grèce et l'Eurogroupe vendredi).

Pierre Moscovici a déclaré que 'Les réformes attendues en Grèce sont encore à débattre pour que la prolongation de quatre mois du plan d'aide soit pleinement effective. L'ensemble des partenaires européens attend de pied ferme cette liste de réformes. Syriza veut infléchir la politique d'austérité, mais soit tenir compte aussi de l'équilibre budgétaire'.

Au chapitre géopolitique, malgré le cessez-le-feu, les tensions entre Moscou et l'Occident sont reparties de plus belle alors que de nouveaux combats se déroulent autour de la ville stratégique de Marioupol.

Autre facteur anxiogène, pointé par Trustnet Direct celui-ci, mais qui ne pèse visiblement pas sur la tendance : la progression de l'Etat islamique (EI) en Libye et les menaces des djihadistes de débarquer des centaines de milliers de migrants en Italie si le pays intervient pour tenter de les neutraliser.

Seule donnée macroéconomique d'importance aujourd'hui en zone euro, l'indice Ifo du climat des affaires en Allemagne n'a crû que de 0,1 point en séquentiel à 106,7 points le mois dernier.

Les économistes tablaient sur une hausse plus prononcée, mais l'Ifo juge que 'l'économie allemande fait preuve de robustesse face à l'incertitude géopolitique'. Les ventes de logements anciens aux Etats-Unis ont pour leur part reculé de 4,9% à 4,82 millions d'unités en rythme annualisé en janvier, après 5,07 millions et contre environ 4,95 millions anticipés par les économistes.

Enfin, sur le front des valeurs, c'est Sanofi (+1,9%) qui servait de locomotive au CAC40 (en dépit de la polémique sur le 'welcome bonus' offert au nouveau PDG, Olivier Brandicourt débauché de chez Bayer) avec un test du record absolu des 89E.
Essilor terminait en tête du CAC40 avec un gain de +2,2%, refranchissant le cap des 100E (à 101,5E).

A l'opposé, Coface perdait 6,15% après la décision de l'Etat français de remettre en cause la gestion par le groupe des garanties publiques à l'exportation.

Euler Hermes - qui pourrait justement bénéficier de l'ouverture de ce marché - bénéfice d'arbitrages et engrange a contrario 4,25%. Le groupe a aussi annoncé ce matin un partenariat avec Allied Irish Banks (AIB) sur les PME exportatrices.
La rechute du baril de pétrole sous les 49$ (-3,2%) à New York pesait sur les parapétrolières: Technip lachait -1,5%%, Maurel & Prom -2,75%, CGG -4,5%.

Areva reculait de -2% après avoir estimé autour de 4,9 milliards d'euros sa perte nette pour l'exercice 2014, à comparer avec une perte de 500 millions d'euros en 2013.

Copyright (c) 2015 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance