BFM Patrimoine

CAC40: flirte avec les 4.300, W-Street douché par J.Yellen.

BFM Patrimoine
(CercleFinance.com) - Le CAC40 (-1%) retombe sur ses planchers du jour vers 4.306Pts tandis que Wall Street passe du mode 'record historique' au mode consolidation à quelques minutes d'intervalle. La FED instaure -par la voix de Janet Yellen- un ré

(CercleFinance.com) - Le CAC40 (-1%) retombe sur ses planchers du jour vers 4.306Pts tandis que Wall Street passe du mode 'record historique' au mode consolidation à quelques minutes d'intervalle.

La FED instaure -par la voix de Janet Yellen- un régime de douche écossaise: hier dans la presse, la présidente de la FED se veut ultra-accommodante même en cas de reprise durablement vigoureuse (l'inflation qui devrait se situer entre +1,5% et +1,75% en 2014 n'est pas un souci).
Mais aujourd'hui devant une commission financière du Congrès, elle se dit prête à durcir sa politique monétaire (au lieu de réaffirmer le maintien des taux à zéro aussi longtemps que possible) si les Etats Unis se rapprochent du plein emploi.
Une des phrases-clé du discours de J.Yellen, c'est la référence à des niveaux de valorisation 'tendus' sur les valeurs 'biotechs' ou les 'réseaux sociaux'.

Wall Street est visiblement surpris par ce changement de ton: le Dow Jones qui démarrait en flèche pour aller inscrire un nouveau record absolu à 17.120Pts a été cueilli à froid et retombe maintenant sous les (17.025Pts) tandis que le 'S&P' s'effrite de -0,25% (en dépit des résultats trimestriels de JP-Morgan et de Goldman Sachs meilleurs que prévus) et le Nasdaq de -0,65%.

Les places européennes reculent de -0,95% dans le sillage de Francfort (-0,6%) puis Milan et Madrid (-1,25% et -1,4% respectivement).
Les investisseurs ont pris connaissance en fin de matinée d'un indice Zew décevant: il est ressorti à 27,1 ce mois-ci, soit 2,7 points de moins qu'en juin alors que le consensus tablait sur un modeste -1 à 28,8.

'La microéconomie devrait reprendre la main dans les prochains jours (évolution du bénéfice par action), ce qui sera déterminant pour valider un éventuel rebond des indices actions à court terme', estime néanmoins un analyste de Barclays Bourse

'Les résultats des entreprises outre-Atlantique (sont) l'alpha et l'omega des marchés indices cette semaine', corrobore Christopher Dembik, analyste financier chez Saxo Banque.

De fait, la déception engendrée par l'indice Zew tend à être pour partie effacée par les solides résultats trimestriels de JPMorgan et de Goldman Sachs.

Ressorti à 1,46 dollar, le bénéfice par action (BPA) de la première a battu d'une quinzaine de cents le consensus des analystes. Le produit net bancaire (PNB) a, lui, reculé d'environ 2% à 25,3 milliards de dollars, contre moins de 24 milliards prévus en moyenne.

Le BPA de Goldman Sachs a lui aussi dépassé les attentes, s'établissant à 4,1 dollars, contre 3,05 dollars anticipés.

Ces deux bonnes nouvelles ne compensent néanmoins pas totalement les inquiétudes nées de la santé financière de l'établissement portugais Espirito Santo ni les chiffres mitigés publiés cet après-midi aux Etats Unis.
L'indice 'Empire State' qui mesure l'activité manufacturière dans l'Etat de New York s'est élevé à 25,6 points ce mois-ci, soit un plus haut de quatre ans, contre 19,3 points au mois de juin et alors que les économistes anticipaient en moyenne une érosion de l'indice aux alentours de 17 points.

Les prix à l'importation ont pour leur part augmenté de seulement 0,1% en juin, contre +0,3% le mois précédent, tandis que les ventes au détail ont dans le même temps crû de 0,2% au lieu des +0,6% espérés.

Sur le front des valeurs françaises, le CAC40 est entrainé vers les 4.300 par CapGemini (-3%), Accor (-2,15%), AXA (-1,6%) ou Total et Kering (-1,8%).

A la hausse, Peugeot se distingue (+3,3%) grâce au renouvellement des objectifs fixés dans le cadre du plan de relance 'Back in the Race'.

Danone (+1,24%) bénéficie quant à lui d'un relèvement de recommandation de Morgan Stanley, passé de pondérer' en ligne' à 'surpondérer', avec un objectif de cours rehaussé de 55 à 63 euros.

'Les preuves d'un changement culturel significatif de la direction donnent une nouvelle confiance dans le potentiel d'amélioration du levier opérationnel de Danone', estime l'intermédiaire.
Les rares hausses qui subsistent profitent à EDF (+1,4%) et Renault (+1%).

Copyright (c) 2014 CercleFinance.com. Tous droits réservés.

Cercle Finance