BFM Patrimoine

10 questions que vous vous posez (peut-être) sur le bitcoin

Tout ce qu'il faut savoir sur le bitcoin

Tout ce qu'il faut savoir sur le bitcoin - Roslan Rahman-AFP

Le bitcoin a franchi ce week-end un nouveau record, dépassant les 4.000 dollars. Sa valeur a ainsi plus que quadruplé depuis janvier. Phénomène marginal à ses débuts, cette crypto-monnaie s'impose progressivement comme un substitut au paiement en espèces. Décryptage.

Le bitcoin ne cesse de battre des records. Après avoir dépassé la barre des 3.000 dollars le 5 août dernier, la crypto-monnaie a franchi ce week-end le seuil symbolique des 4.000 dollars. Depuis le début de l'année, sa valeur a même été multipliée par plus de quatre, passant de 999 dollars (850 euros) à plus de 4300 dollars aujourd'hui (3600 euros). Inconnue du grand public il y a encore cinq ans, cette monnaie s'impose peu à peu comme un moyen d'échanges universel au même titre que l'euro ou le dollar. Pourtant, vous êtes encore nombreux à n'avoir qu'une idée floue de la façon dont fonctionne cette crypto-monnaie. Si c'est votre cas, après avoir lu cet article, vous devriez y voir plus clair.

Qu'est ce que le bitcoin?

Il s'agit d'une monnaie 100% numérique qui permet de transmettre par internet aussi bien à un particulier qu'à une entreprise des "pièces" virtuelles impossibles à falsifier. Cette transaction peut se faire dans l'anonymat le plus total, de la même façon qu'un paiement de la main à la main avec des espèces. Contrairement aux devises traditionnelles, cette crypto-monnaie n’est ni "frappée" ni administrée par une Banque centrale ou un État. Elle est à la fois générée et gérée par des algorithmes associés à un gigantesque réseau d'ordinateurs interconnectés entre eux. Et pour être validée, chaque transaction doit être enregistrée dans un immense livre de comptes baptisé blockchain.

Comment sont créés les bitcoins?

Vous l'avez compris, aucune banque centrale ne frappe de bitcoins. Cette devise est créée par des "mineurs", appellation qui n'a rien à voir avec l'âge mais qui décrit l'action symbolique de ces créateurs de monnaie. Il s'agit en effet d'utilisateurs mettant à contribution leurs ordinateurs dotés de la puissance de calcul informatique nécessaire afin de vérifier, d'enregistrer et de sécuriser toutes les transactions entre détenteurs de bitcoins dans cet immense livre de compte qu'est la blockchain.

Ainsi, toutes les dix minutes en moyenne, via un processus aléatoire, l’une des machines dédiées au minage génère une empreinte cryptographique permettant de valider l’intégralité des transactions en attente et reçoit en récompense 12,5 bitcoins, soit près de 45.000 euros au cours actuel. Il s'agit en quelque sorte d'un contrôle assumé par les utilisateurs les plus impliqués dans le fonctionnement du bitcoin.

Grâce à ce "minage", 16,5 millions de bitcoins ont déjà été mis en circulation depuis la première transaction effectuée dans cette monnaie le 12 janvier 2008. Cela représente une valorisation dépassant les 60 milliards d'euros au cours actuel. La quantité de bitcoins pouvant être ainsi créés est toutefois limitée à 21 millions par le programme. Au rythme actuel, le tout dernier bitcoin devrait être émis en 2140.

Comment acheter des bitcoins?

Si vous ne vous sentez pas de "miner" (voir ci-dessus), vous pouvez acquérir des bitcoins sur une plateforme en ligne. Vous allez alors échanger cette crypto-monnaie contre des euros, des dollars ou toute autre devise de votre choix, sur la base du cours en vigueur. Attention tout de même à sélectionner des prestataires sérieux. Après le piratage supposé de 850.000 bitcoins, Mt. Gox, l'une des plus importantes plateformes d'échanges au début de la décennie, a fait faillite en 2014, lésant au passage des milliers de clients.

Où peut-on stocker ses bitcoins?

Si vous disposez d'un compte sur une bourse d'échange, vos bitcoins y seront stockés. Mais vous pouvez aussi décider de les conserver vous-même. Si vous optez pour cette dernière solution, il est préférable de les stocker sur un disque dur externe non connecté à Internet (pour éviter d'être piraté). Vous pouvez télécharger le portefeuille Bitcoin de votre choix depuis le site officiel afin de stocker vos pièces sur votre ordinateur. Attention en revanche à ne pas effacer votre disque dur ou à ce qu'il tombe en panne. À défaut, vous perdriez définitivement votre argent numérique.

Le bitcoin est-il divisible?

Oui, bien évidemment! Il est possible de payer en centibitcoins (0,01 BTC ou 1 cBTC), en millibitcoins (0,001 BTC ou 1 mBTC), en microbitcoins (0,000001 BTC bitcoins ou 1 μBTC) et même en Satoshis (0,00000001 BTC ou au cours actuel 0,00003483 euro) du nom de son créateur Satoshi Nakamoto. Le Bitcoin est donc divisible jusqu'à la huitième décimale, ce qui permettrait (en théorie) à un détenteur de bitcoins de régler avec cette devise fortement valorisée aussi bien une boisson à la machine à café qu'une voiture de luxe.

Peut-on tout payer en bitcoins?

Non, il est très peu probable que votre commerçant de quartier (boucher ou boulanger) accepte aujourd'hui que vous lui régliez une bavette ou une baguette en bitcoins. Cela dit, un "Bitcoin boulevard", regroupant environ vingt commerçants, a été lancé à Paris et permet aux clients de payer leur achat avec cette crypto-monnaie. En fait de plus en plus de e-commerçants acceptent les règlements en bitcoins. On en recense aujourd'hui plus de 100.000 à travers le monde parmi lesquels des marques prestigieuses comme Dell, Expedia, Microsoft ou encore OverStock.

Le français Showroomprivé a également succombé à la mode du bitcoin. "Même si le marché n’est pas encore mature en France, nous parions sur l’avenir. […] Cette nouvelle technologie est une source d’innovation majeure pour les moyens de paiement. C’est pour nous un service supplémentaire que nous mettons à la disposition de nos consommateurs mais aussi une demande de la part de nos membres à l’International", expliquait en 2014 au Figaro le PDG et fondateur de Showroomprivé, Thierry Petit.

Un pays peut-il interdire le bitcoin?

En France, rien n'interdit la détention de bitcoins pas plus que son utilisation pour le règlement d'achats ou de prestations de service. Mais dans le reste du monde, certains pays, comme l’Argentine, la Chine ou la Russie, restreignent ou bannissent son usage. D’autres, à l'instar de la Thaïlande, limitent l’octroi de licences pour les bourses d’échanges de bitcoins.

Existe-t-il d'autres crypto-monnaies?

Même si le bitcoin reste de loin la crypto-monnaie de référence, il en existe de nombreuses autres. On en recense actuellement pas moins de 700. Les plus connus sont l'Ethereum, le litecoin, le ripple ou encore le monero. Le marché de la crypto-monnaie, aujourd'hui évalué à plus de 120 milliards de dollars, reste néanmoins largement dominé par le bitcoin (plus de 50% de la valeur totale de l'encours), devant l'Ethereum (25%), le ripple (5%) et le nouveau-né Bitcoin cash (4%).

Un krach est-il possible?

S'il est impossible de savoir ce que deviendra cette crypto-monnaie dans les années à venir, des turbulences ont tout de même récemment agité la communauté de ses utilisateurs les plus assidus. Excédés par la lenteur des transactions -liée à son succès- certains d'entre eux ont décidé faire sécession et de lancer nouvelle monnaie numérique le 1er août dernier, le bitcoin cash. Ces contestataires estiment que les propositions d'amélioration, largement votées par la communauté, n'allaient pas assez loin. Elles permettent juste de passer à 22 transactions par seconde contre 11 aujourd'hui. Mais bien que certains analystes s'attendaient à un krach après le lancement de bitcoin cash, il n'en a rien été. Depuis le 1er août, le bitcoin a vu sa valeur plus que doubler tandis que sa "cousine", introduite à 500 dollars, évolue aujourd'hui autour de 300 dollars.