BFM Patrimoine

PEA-PME: la prise de risque pénalisée fiscalement?

Christian Eckert a déposé un amendement sur le PEA-PME

Christian Eckert a déposé un amendement sur le PEA-PME - -

Christian Eckert a déposé un amendement au collectif budgétaire, mercredi 11 décembre, limitant les avantages du PEA-PME. Une aberration pour Jérôme Dedeyan, président de Debory et invité de BFM Business ce jeudi 12 décembre.

Alors que le gouvernement affirme depuis plusieurs mois vouloir pousser l'investissement des particuliers dans les entreprises, et récompenser la prise la risque, l'amendement de Christian Eckert va dans l'autre sens. Dans le cadre de la discussion, en première lecture, du projet de loi de finances rectificative pour 2013, mercredi 11 décembre, le rapporteur PS du Budget à l'Assemblée nationale a fait adopter un amendement sur le PEA-PME.

Celui-ci prévoit que le contribuable qui réalise une plus-value équivalente à deux fois sa mise sur des titres non cotés détenus en direct depuis moins de cinq ans, ne pourra pas bénéficier d'une exonération sur les gains engrangés.

"Incapacité à éduquer les Français à la culture du risque"

Pour Jérôme Dedeyan, président de Debory et invité de BFM Business ce jeudi 12 décembre, "c'est un contre-sens complet. C'est la négation du risque. C'est, une fois de plus, l'incapacité complète à éduquer les Français à la culture du risque et à les rapprocher de l'entreprise".

La prise de risque, qui entraîne de grosses plus-values, sera donc sanctionnée. Le montant de 75.000 euros (plafond du PEA-PME) ne permet pas de grandes spéculations. "L'amendement encourage à ne pas prendre de risque".

Il n'est pas du tout exclu que le gouvernement demande le retrait de cet amendement lors de la lecture définitive du texte.

Diane Lacaze