BFM Patrimoine

Les bureaux vides vont être taxés à Paris

Paris va taxer les bureaux vides.

Paris va taxer les bureaux vides. - -

Le Conseil de Paris a adopté, ce mardi 8 juillet, une taxe sur les friches commerciales. Le but est d'encourager la transformation de bureaux en logement.

Les bureaux vides vont coûter cher. Le Conseil de Paris a adopté mardi soir une taxe sur les friches commerciales, dont l'objectif premier est selon la Ville d'encourager la transformation de bureaux en logements, et non de "créer un impôt nouveau" comme l'en accuse l'UMP.

La Ville prévoit d'imposer les propriétaires de locaux commerciaux vacants à hauteur de 20% de leur valeur locative la première année, de 30% la seconde, de 40% la troisième, à partir du 1er janvier 2015.

Paris possède dix-huit millions de mètres carrés de bureaux, dont 6 à 7% vacants, selon l'adjoint en charge du Logement Ian Brossat. La maire de Paris Anne Hidalgo s'est engagée pendant sa campagne à obtenir la transformation d'au moins 200.000m2 de bureaux en logements au cours de sa mandature.

"L'objectif n'est pas de remplir les caisses", a souligné M. Brossat. Il s'agit pour la Ville de "lutter contre la rétention foncière", en rendant comparativement plus avantageuse la transformation de ces bureaux vides en logements.

Allègement des obligations en matière de création de parkings

Cette transformation sera par ailleurs accompagnée d'un allègement des obligations en matière de création de parkings, dans le cadre de la modification du Plan local d'urbanisme.

La taxe, prévue par le code des impôts, mais jamais activée à Paris, est déjà mise en oeuvre à Lille (dirigée par la gauche) ou à Saint-Quentin en Yvelines (dirigée par la droite), a indiqué M. Brossat.

L'UMP a voté contre la taxe, se disant contre "l'aggravation fiscale" à Paris. L'ex-dissident dans le Ve Dominique Tiberi, qui ne siège pas au sein du groupe UMP, s'est en revanche dit prêt à voter la délibération de l'exécutif.

Interrogé par la presse, l'adjoint chargé des Finances, Julien Bargeton, n'avait pas fourni lundi d'estimation des recettes pouvant être retirées de la taxe.

D. L. avec AFP