BFM Patrimoine

Immobilier: les prix pourraient remonter dès 2015

Les prix immobiliers devraient baisser en France cette année pour remonter ensuite

Les prix immobiliers devraient baisser en France cette année pour remonter ensuite - -

Les prix immobiliers devraient baisser de 3% en France cette année, selon une étude de S&P's publiée ce mercredi 22 janvier. Mais ils pourraient remonter de 2% en 2015.

Le marché immobilier français est bien singulier. Voilà ce qui ressort d'une étude Standard and Poor's publiée ce mercredi 22 janvier. Les économistes estiment, en effet, que les prix immobilier devraient poursuivre leur baisse cette année (-3%), venant après celles de 2% en 2013 et 2,1% en 2012, avant une hausse de 2% en 2015, et ce sur la base d'une croissance de l'économie française qui atteindrait 0,6% cette année et 1,4% l'an prochain.

Permis de construire en berne

Ce qui intrigue les analystes, c'est que la crise économique des cinq dernières années n'a que très peu amélioré le "ratio d'accessibilité" (c'est à dire le prix moyen d'un bien rapporté au revenu annuel). A 3,8 en novembre 2013, celui-ci reste très proche de ses plus hauts de 2007.

La faiblesse de l'offre explique pour l'essentiel que la correction soit restée modeste après la flambée spectaculaire des prix (+157%) enregistrée entre 1997 et 2007.

S&P souligne que les derniers chiffres de permis de construire n'incitent pas à l'optimisme sur ce plan pour 2014. Un autre facteur de soutien au marché ces dernières années a été la baisse des taux de crédits, qui ne devraient remonter que très progressivement, selon le scénario de S&P.

Une accélération de la hausse des taux aurait pour conséquence d'accentuer le recul des prix immobiliers, souligne l'agence de notation, en précisant toutefois qu'elle juge peu probable pour l'instant une telle évolution.

Baisse des prix de 2% en Espagne

Dans le reste de l'Europe, S&P table sur une baisse des prix de 2% en Espagne, de 1% en Italie et une stabilité aux Pays-Bas.

Le marché immobilier espagnol devrait profiter "de meilleurs indicateurs économiques et d'une demande accrue des investisseurs étrangers". Mais il pâtit toujours d'une offre largement excédentaire.

Autre pays dont le marché a été parmi les plus durement touchés par la crise : les Pays-Bas. Ils semblent encore loin de la reprise en raison notamment de conditions trop restrictives d'accès au crédit, souligne SP.

"Le marché immobilier résidentiel de l'Italie a continué de se contracter au cours du deuxième trimestre 2013, en raison de la faiblesse de l'économie italienne et de la persistance des tensions sur le crédit", note SP.

Enfin la contraction du PIB belge en 2013, estimée à -0,1%, n'a pas freiné la croissance du marché immobilier, qui devrait être de +1,5% en 2014.

Diane Lacaze avec agences